Partagez | 

La bonne, le chanteur et le truand -PV : S. Mellark-

 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Professeur - Membre du staff
avatar
Professeur - Membre du staff
Messages : 86
Rabbits : 1076
Date d'inscription : 26/06/2015
Age : 19
Localisation : Hmm...

Informations Alice
Votre Alice:
Possession(s):
Occupation: Professeur
MessageSujet: La bonne, le chanteur et le truand -PV : S. Mellark-   Ven 1 Jan - 2:01



Acte Premier - Scène 4


Katsu feat. Sasha Mellark




    « - Je t'emmerde, toi, et absolument tous tes congénères ! Sans exceptions ! »


Et c'est ainsi que j'ai réussi à provoquer une bagarre en plein Central Town. Il était environ 14h et ce qui nous servait d'hôpital m''avait pour ainsi dire, plutôt bien cassé les couilles. Un peu plus tôt dans la journée, alors qu'un de mes élèves que j'avais croisé en ville s'était fait tabasser, ils refusèrent de le prendre en charge. J'ai dû m'en occuper moi-même, et le soigner avec les moyens du bord. Aujourd'hui il est peut-être encore en vie, et me remercie de l'avoir sauvé de cette blessure qu'il s'était fait au crâne… Bordel… Comment des personnes payées à faire ce qu'ils font peuvent refuser de faire leur métiers ? A des moments, ça m'emmerde au plus haut point de faire prof, si vous saviez… Mais bon, je me dis qu'il y a toujours pire dans la vie, vous ne pensez donc pas ? Puis moi, j'ai l'avantage d'être pote avec mes élèves. Ce que je vais vous raconter là mêle deux facteurs cités : le fait d'être copain avec mes élèves, et cette fameuse bagarre.

Si l'on reprend l'histoire depuis le début, je voulais organiser une petite soirée sympathique, à jouer de la guitare et du piano dans un petit bar sympathique du côté des restaurants de Central Town. C'était un bar qui faisait très américain, un peu bluesman sur les bords. Où est le soucis me direz-vous, pourquoi tous ces problèmes de générer ? Car j'avais demandé à un ami qui s'avérait être en classe de seconde et qui m'avait eut comme professeur au collège, de faire du bruit sur le fait que j'allais organiser un petit concert sympathique au sein de ce petit lieu rustre et fort sympathique. Mais bien évidemment, ça aurait attiré tous les fouilles-merde environnants, qui auraient, parce qu'ils ne me connaissent pas, tenter de faire n'importe quoi pour me déconcentrer et qui auraient trouvés des noises au patron alors qu'il n'en aurait sans doute pas lieu d'être.

Tout ça pour finalement vous dire : j'ai réussi à faire en sorte qu'un élève ait la haine contre un autre, en plein Central Town, de manière à ce que cela provoque une bagarre générale, blesse mon élève favori, mais ce n'est pas grave. Dans l'ensemble, retenez que c'était brouillon, et que tous les fouilles merdes n'étaient pas présents à ce concert de merde. Ce serait vraiment très long à expliquer, comment j'en suis arrivé là, et quand bien même je vous l'expliquerai, ça n'aurait que peu d'intérêts. Ce qui compte vraiment, c'est la suite de l'histoire.

Je me retrouvais ainsi de ce petit bar un peu miteux. En somme il n'était pas bien immense, non. En entrant par la porte en bois ma foi plutôt massive, on y voyait le bar devant nous, placé le long de ce qu'on aurait sur le coup pu confondre à un couloir, tant l'endroit était serré. Il y avait à peine de la place pour bouger, et au fond de la salle de l'endroit se trouvait généralement une table de billard, avec des sièges, comme dans un restaurant. La décoration rustique et chaleureuse rendait l'endroit à la fois glauque et convivial, et même si quelques personnes au look bien tordu s'y baladaient, on pouvait très souvent tomber sur des petits vieux avec du répondant, prêt à vous en coller deux au premier mot de travers. Et derrière tout ça ? Une petite scène improvisée, rien que pour moi, avec de magnifiques instruments.

Mon arrivée était préparée, et j'avais deux petites heures à jouer dans ce charmant petit endroit. J'avais quelques morceaux un peu blues, certains passant plus sur une sorte de rock alternatif joué en acoustique, alors que des morceaux aux pianos m'attendaient également. J'avais pour ainsi dire l'embarras du choix. Par quoi commencer ? En voilà une excellente question. Dans ma tête, je n'avais pas d'ordre prédéfini. Je me surpris à aller instinctivement du côté du piano. Ce qu'il m’aurait fallu, c'était d'une bande de nègres afro-américain musicien dans l'âme, avec une batterie et une basse acoustique, à gros caisson, mais j'allais pas non plus en demander trois tonnes. Je profitais des premières notes que je touchais sur mon piano qui serait mien, le long de cette soirée, sur cette petite scène improvisée derrière le billard.

Un si dièse. Tel fut la première note que je jouerai ce soir. Suivi d'une phrase sur la même gamme, afin de donner une sorte d'effet improvisée. Je commençais comme au temps des vieux bluesman, à raconter une histoire sur le son de la mélodie que je produisais, et parce qu'il le fallait : en anglais.


    « - C'est l'histoire d'un homme, qui raflait la liberté des nègres. Il avait une âme noire, noire comme la peau de ceux qu'il dépouillaient impunément. C'est l'histoire de Billy le truand, qui pillait les banquiers, pour se donner un nom et de l'importance, pour sauver ces bougres, de cette vie de merde... »


Et ainsi naquit Billy le truand, qui doit en vérité exister dans des milliers et des milliers de morceaux de blues…

Racontant mon histoire musicale, j'étais étonné de voir autant de gens tournés vers moi, surtout si l'on prend en compte que la moyenne d'âge de ce bar est de cinquante ans, environ, la plupart de ceux qui me suivaient devaient avoir dans les quinze, voir vingt ans ? Au moins, les fouteurs de merdes ne seraient pas là pour me briser des noises ce soir. Il n'y avait là que les plus calmes, et les moins turbulents, ceux qui ne souhaitaient vraiment que passer un bon moment et s'amuser. Et c'était tant mieux.


    « - ... Et un pain dans la tronche, Billy rétorqua violemment ''Hey, p'tit con, oui toi ! Je t'emmerde, toi, et absolument tous tes congénères ! Sans exceptions !'', puis son .44 à la main, il pointa, tira, la sang sur le sol, la conscience tranquille, d'avoir sauvé ces nègres, tous libre de pouvoir s'barrer, se mirent en cœur à pisser sur son visage de merde, à cet homme sans foi ni loi ! »


Heureusement que la plupart des japonais ne comprennent pas l'anglais. Et c'est sur ces quelques notes plutôt joyeuse que certains rigolaient, applaudissaient, et j'en passe. C'était marrant à voir, voir ces personnes amusés par un texte aussi beau et violent à la fois. Hein ? Si c'est cliché ? Mais bien sûr que ça l'était, ne me dites pas que vous ne vous en étiez pas rendu compte, quand même, si ?

[HRP - Bonne année - désolé si tu trouves ça un peu court, j'ai un peu de mal avec les débuts en ce moment x)]

♦ ♦ ♦



~
It's just me & you, diary. Welcome to my fucking life ! ♥️


~
♪ – Quand Shun s'exprime en anglais, c'est en ♠️ Darkgreen, tandis qu'en japonais, il s'exprime en ☆ Starlue. ♫


Dernière édition par Shun "Katsu" Matsumoto le Ven 1 Jan - 10:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patate insoumise et inconciente
avatar
Patate insoumise et inconciente
Messages : 72
Rabbits : 783
Date d'inscription : 08/07/2014
Age : 21
Localisation : Pariiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis ♥

Informations Alice
Votre Alice:
Possession(s):
Occupation: Classes 5 section Littérature niveau M
MessageSujet: Re: La bonne, le chanteur et le truand -PV : S. Mellark-   Ven 1 Jan - 4:54

La bonne, le chanteur

et le truand


L'inspiration, par moment, ça te fais dire

des choses étranges.

Sasha & Shun




-----------------------------------------------


  - "Mes yeux morts s'éveillent par le sens de la justice, le sens de la justice que j'avais oublié. Aigre ou doux, j'engloutirai tout. Le thème d'aujourd'hui est de récompenser le bien et punir le mal."

Casque sur les oreilles, musique à fond, chantant à pleine voix. J'arpente avec fierté les rues de Central Town. Tel l'empire romain, aujourd'hui je suis venue, j'ai vu... ET J'AI VAINCU BORDEL DE MERDE ! HAHAHA ! Jamais une journée shopping n'aura été aussi fructueuse. Les vendeurs ce souviendrons longtemps de mon passage, c'est moi qui vous le dis. Le monde n’oubliera pas comment j'ai, en ce jour glorieux, pillé les richesses de la ville Alice. Mon Jump, des tomes de Saint Seiya, un album de Powerwolf et de Rhapsody Of Fire et UN NOUVEAU JEU FINAL FANTASY ! (Bon, pour une raison obscure le vendeur ne l'avait qu'en version anglaise... Mais bon, ça ne devrais pas me poser de problème. Je comprend relativement bien l'anglais.) Bref, vous l'aurez comprit, je suis de très bonne humeur. La chasse a été bonne, pour le moment aucun souci à l'horizon et le mieux dans tout ça c'est qu'il me reste encore des sous! Largement pour m'offrir à boire dans un bar avant de rentrer.

- " Sing the fight song, la la la. Sing the fight song. I just wanna listen to you singing out !! Na na na na na na na na na. Na na na na na na na na na na naaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !"

C'est vrai qu'une petite bière ne me ferais pas de mal. Après tout, je l'ai bien méritée! Il y a plusieurs bars dans Central Town, allant du assez moderne au très rustique. J'aime bien changer, ne pas toujours être au même endroit même si je dois bien avouer avoir quelques préférences pour la Taverne, un petit bar où l'on mange sur des tables en forme de tonneau et où le gérant (un grand fan de piraterie) sert des cocktails avec des noms loufoques comme "L'île au trésor" ou "Le Kraken". En tout cas pour cette fois je vais tenter d'aller me poser dans un petit bar tranquille. Mes pas me mènent en direction d'un petit établissement, pas bien impressionnant ma foi. Je retire mon casque en levant la tête. Tien, je l'ai jamais fais celui là.

J'ouvre la lourde porte en bois pour pénétrer dans un bar à la population assez vieillotte. C'est con à dire mais ça me surprend toujours autant de voir des vieux à l'académie. J'veux dire, à force de passer du temps dans la partie "scolaire" de l'académie on en oublie presque que Central Town est une ville. Pas seulement un alignement bidon de trois magasins pour faire croire aux élèves qu'ils font partit de la civilisation, non, une vraie ville. Où des gens vivent, dorment, mangent, font pipi et caca etc. L'idée un peu flippante de finir par vivre à Central Town me traverse l'esprit. Quoi que, ce serait surement le plus logique. Je ne suis pas idiote, je sais ben que papa ne tiendras pas des décennies malgré son traitement, après son départ je n'aurais plus personne du monde extérieur sur qui compter. Enfin bref.

Il y a pas mal de vieux donc. Et hormis la taille réduite de l'endroit je dois avouer que ce petit bar a un certain charme. Je me prend une table avant d'observer la maigre carte... OH BORDEL ILS ONT DE LA CHOUFFE. OK, fuck la Taverne. Je fais de ce lieu mon repère officiel. J'en commande une peinte en salivant d'avance pendant qu'un homme monte sur scène pour un concert dont je ne savais rien. Il ne me faut pas longtemps pour reconnaître l'individu en question: Matsumoto-sensei ou Andromède comme j'aime le surnommer (bah oui s'appeler Shun devant une fan de Saint Seiya c'est pas malin.)
Une bonne bonne surprise pour moi car il n'y a rien de mieux que de boire en chanson. D'ailleurs ma chouffe arrive pile pour le début de la chanson.

Je bois à petites gorgées ma boisson en grignotant quelques frittes. Avant de tiquer sur les paroles. Sérieusement ? Je manque de rire en voyant deux gamines d'environ quinze ans applaudir à tout rompre. Savaient-elles seulement qu'il venait de dire "Hey, p'tit con, oui toi ! Je t'emmerde". La chanson doit être une impro, les paroles sont un peu bizarre mais j'aime bien. Ça ce bagarre, il y a du sang et du drame, c'est metal, j'adhère. La vie de Billy est merdique ceci-dit...C'est un jeu de mot splendide quand on voit que c'est dans de la pisse qu'il a finit sa vie. Je me mets à rire toute seule de ma connerie avant de me concentrer de nouveau sur le concert. La voix d'Andromède est vraiment agréable à entendre. Ça me fais penser qu'un de mes camarades m'avais conseillé de lui demander des cours de chant et pourquoi pas de guitare comme je passais mon temps à baver devant les solos. Cependant, j'ai jamais eu le courage d'aller lui demander.

La chanson se termine (je crois ?) et la plupart des spectateurs se lèvent pour applaudir. Moi je rigole et je lève ma chouffe au chanteur avant d'en boire une gorgée. C'était franchement une bonne idée d'aller traîner dans ce bar. Je me félicite intérieurement quand un des vieux du bar ce lève.  


- "Hey, le jeune homme là, qui chante ! La suivante je la veux en japonais !"




[HRP - BONNE ANNÉEEEEEEEEEEEEEEEE! ♥ Bon, la réponse est pas top, je suis pas sûre que la qualité soit au rendez-vous de ce post... J'aurais pas dû boire et aller me coucher mais j'avais TROP envie de répondre XD Moi j'dit Matsumoto Président !]

♦ ♦ ♦



Merci Lou <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur - Membre du staff
avatar
Professeur - Membre du staff
Messages : 86
Rabbits : 1076
Date d'inscription : 26/06/2015
Age : 19
Localisation : Hmm...

Informations Alice
Votre Alice:
Possession(s):
Occupation: Professeur
MessageSujet: Re: La bonne, le chanteur et le truand -PV : S. Mellark-   Ven 1 Jan - 10:17



Acte Premier - Scène 4


Katsu feat. Sacha Mellark



Cette soirée commençait bien, et c'était sans compter sur certains jeunes qui me fusillaient du regard parce que j'avais la côté auprès de certaines nanas plutôt mûres… A moins qu'ils ne se foutaient de ma gueule... Non, en fait, j'en sais rien. Mais bon, il n'empêche que j'avais trouvé mon public du soir, et que même si j'attirais surtout les vieilles dames, l'ensemble du bar n'était pas pour autant rempli de personnes en tout genre. Je reconnaissais vaguement des personnes que je fréquentais dans le lycée, un ou deux élèves à mois y étaient présents, pareil pour l'université, c'était sympathique de savoir qu'ils venaient me voir jouer. Mon élève fétiche s'était finalement ramené, mais il draguait ouvertement une magnifique jeune fille que j'allais clairement lui laisser. Je ne vole pas le plan de mes amis, je ne suis pas comme ça.

Soudain, j'entendis un vieux se lever, et me crier :


    « - Hey, le jeune homme là, qui chante ! La suivante je la veux en japonais ! »


S'il ne fut pas accompagné de quelques rires, certains à côtés de lui acquiescèrent… Sans répit qu'ils sont : ils venaient déjà de niquer l'ordre de passage de mes chansons en une phrase. Merci les mecs, j'vous revaudrai ça sur le champ de bataille. Parlons plus sérieusement, un chanteur et musicien se doit d'accomplir les souhaits de son public, et une partie d'entre eux optait pour une musique en japonais. Je baissai un bref instant la tête et soupirait. Ça me faisait chier, mais bon. Même pas une seconde après, je la relevai, le sourire aux lèvres, la guitare acoustique à la main, je l'accordais en ce que les beauf du metal appelle le Drop D, alors qu'on fout juste un putain de Ré à la place d'un Mi, pas besoin de se la péter… Et je réfléchissais à un morceau que je connaissais en japonais, parce que oui, des morceaux japonais, ben…. Comme je ne suis pas fana de pop-culture, forcément que ce n'est pas non plus mon fort. Puis les japonais sont réputés pour absolument TOUS leurs morceaux, sauf de Jazz et de Blues, qu'on soit d'accord. J'allais devoir choper dans mes compositions, que j'avais à la base prévu en anglais… Composer en japonais peut aider, des fois…


    « - Tu sais que tu me les brises, l'ancien ? » et je ris, et il rit avec moi, hochant la tête comme un demeuré… Oh, tocard...


Ainsi, un début qui aurait à la gratte pu faire penser au mythique Richard Cheese, ou musique d’ascenseur, si vous voulez un exemple concret, a commencer à se faire poser des questions au public qui avait l'air d'adorer la première musique. Oh merde… Ai-je tout raté ? Ai-je fait de la merde. J'avais la tête baissée, concentrant mon regard sur le sol pour ne pas être déconcentré par ceux qui étaient juste au-dessus de ma tête. Un bref instant je levai la tête, avant de commencer les paroles, et je vis les gens remuer un peu la tête. Bon, certes, pas au point de headbanguer, mais l'idée est là. Puis je commençais à chanter.


« - Cette vie de fortune ne t'aura mené à rien.
Regarde-toi, tous tes amis, tes moyens, tes biens ;
tous aujourd'hui t'ont lâché pour s'occuper
De leurs miches et leurs p'tits culs couillés.

Bien sûr qu'ils ne te regardent plus en face
Je sais bien que maintenant ils te les cassent
Mais pense un peu à la musique, prends une tasse,
Un café, et remet toi à jouer d'la basse !
»

La basse. Quel bel instrument, quand on y pense. Les gens me regardaient bizarrement, ils se regardaient entre eux, se demandant d'où venaient les morceaux que je jouais. Je ne voulais pas en faire une fierté nationale et dire ''regardez, c'est moi qui compose !''. Vraiment, parce qu'on fond, on s'en foutait. Le morceaux continuaient d'être joués et chantés, par ma main et ma voix j'apportais le sourire aux gens, et moi-même, du coup, bah… J'étais content. Il m'en faut vraiment peu pour être heureux. Bien sûr qu'ils n'allaient pas être concentrés toute la soirée sur moi, alors j'ai laissé passer. Les musiques à partir du moment où la plupart d'entre eux commençaient à commander à manger un plateau de charcuterie… Erk… Pauvres bestioles… J'en profitai pour déposer mon instrument, et m'asseoir seul sur un fauteuil à côté de moi. Je regardais mon téléphone portable, et c'est avec stupeur que je m'étais rendu compte que cela faisait bien trois quarts d'heures que j'avais joué sur cette petite scène miteuse de ce bar-taverne miteux. La serveuse – plutôt sexy soit dit-en passant, me demanda si un rafraîchissement se porterait efficacement à ma convenance. Et au lieu de répondre une bière, comme tout le monde l'aurait sans doute fait, j'eus la bonne idée de sortir.


    - Vous pourriez n'être que le seul rafraîchissement de ma soirée, très chère…

    - … Va pour une guiness, et gaffe à si mon père vous entend, espèce de taré ! »


J'eus crut qu'elle le prit mal sur le coup, avant de me rendre compte qu'elle débina sa phrase à la rigolade. Ma foi, je n'allais pas l'empêcher de déconner un bon coup, quitte à me foutre les jetons. J'en profitais pour voir qui il restait dans la salle. Dans un premier, je ne vis plus mon élève fétiche, ni l'ancien de tout à l'heure. Du moins, il me semblait ? Je scrutais les lieux, attendant ma boisson avec impatience.

[HRP - Moi président ? Hm... OK !]

♦ ♦ ♦



~
It's just me & you, diary. Welcome to my fucking life ! ♥️


~
♪ – Quand Shun s'exprime en anglais, c'est en ♠️ Darkgreen, tandis qu'en japonais, il s'exprime en ☆ Starlue. ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patate insoumise et inconciente
avatar
Patate insoumise et inconciente
Messages : 72
Rabbits : 783
Date d'inscription : 08/07/2014
Age : 21
Localisation : Pariiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis ♥

Informations Alice
Votre Alice:
Possession(s):
Occupation: Classes 5 section Littérature niveau M
MessageSujet: Re: La bonne, le chanteur et le truand -PV : S. Mellark-   Ven 1 Jan - 18:22

La bonne, le chanteur

et le truand


Ou quand ton charme ne fait effet

que sur les plus de quarante ans

Sasha & Shun




-----------------------------------------------


Je regarde légèrement de travers le vieux derrière moi. Le bonhomme est, de toute évidence, bien alcoolisé et a mon avis n'a pas dû bien comprendre le thème de la chanson d'ouverture vu sa tête d'ahuri. En même temps je peux aisément comprendre ce qui semble le déranger: dur de s'enjailler quand on ne comprend strictement rien à ce qui se passe autour de soi. C'est là que tu remercies l'école d'avoir le bon sens de nous apprendre l'anglais. Ça sert mine de rien, puis on a beau dire que niveau culturel le Japon est bien mais à l'étranger c'est encore mieux. Suffit de voir la musique, les bouquins ou les films là bas, rien à voir j'vous dis ! En tout cas, Andromède n'a pas l'air de s'en offusquer vu qu'il répond sur le ton de la plaisanterie, du moins c'est ce que je crois.

Le concert suit donc son cours à mesure que ma bière descend, et je suis forcée de constater qu'elle est désormais vide à la fin de ce dernier. Pendant ce temps, les gens autour de moi commandent boissons et repas. Putain, je dirais pas non à un petit truc à grignoter avant de rentrer... Mais est-ce bien raisonnable ? Kaede vas surement me passer un savon si elle apprend que je passe mon temps libre dans un bar à me goinfrer au lieu de bosser. C'est qu'elle est à cran depuis le début de l'année, surement parce que la passation approche et qu'elle voit bien que je ne me sens pas prête a assumer totalement mon futur rôle de prof. Rah, ça me saoule. Puis merde à la fin, où est le mal à picoler et bouffer autre part qu'a la cantine de temps en temps ? Où est le mal à s'amuser et a oublier quelques heures la pression, l'image, l’étiquette. Ouais, où est le mal a laisser de coter les choses pesante de la vie pour se concentrer sur des notes plus joyeuse ? Après tout, n'est-ce pas ce que j'ai toujours fais. N'est-ce pas ma devise de profiter de la vie pour n'avoir plus aucun regret par la suite ? Alors oui, ce soir je vais m'amuser. Je vais boire et bouffer à en faire péter mon porte monnaie et au diable la colère monstrueuse de la vielle.

Sur cette bonne résolution je lève ma main pour appeler la serveuse et demander en plus d'une autre bière une bonne salade avec fromages, tomates, olives, bref un truc bien consistant pour un plat simplement appelé "salade". Attendant avec impatience l'arrivée de mon plat je scrute la salle. L'ivrogne de tout à l'heure à l'air d'être parti et le brouhaha habituel des bars a reprit sa juste place alors que les gens rient, mangent, parlent fort et trinquent à des choses qui me sont inconnues. Andromède a quant à lui prit place sur un fauteuil, surement pour profiter de la soirée lui aussi. Mon regard bifurque vers le bar où je vois un homme qui ne doit pas être un serveur vu son nez rouge et son regard un peu perdu s'approcher dans ma direction. Plus de la quarantaine, le ventre rond (signe de sa consommation régulière de bière), assez fort . Un habitué des lieux semble-t-il.  


-" Bah m'amzelle, qu'est-ce qu'une aussi jolie fille que vous fait toute seule dans son coin ? "

Une odeur de bière vient se faire sentir. Ouais, l'homme a pas mal d'alcool dans le sang. Je lui jette un coup d’œil rapide... Comment d'écrire mon niveau de gêne à ce moment précis ? Comment expliquer que je ne suis pas vraiment à l'aise là, tout de suite ? Je souris un peu, peut être que je n'aurais pas dû. Peut être que j'aurais dû tout de suite lui dire "dégage", mais ce n'est pas dans mes habitudes d'être aussi... sèche. Puis, le type est assez gentil pour le moment.  

- "Non, je suis juste de passage pour boire un coup avant de rentrer chez moi."

J'essaye d'être naturelle, c'était sans doute pas la chose à faire vu ce qui s'en suivit. Le type a prit ses aises et c'est assit, tranquillement, comme ça, sans rien demander avant et a commencé à taper la discute. Pour le moment rien de bien incroyable jusqu'au moment où le type commence à balancer des compliments de plus en plus récurant, à faire des clins d’œil et à me poser des questions sur d'où je viens, c'est quoi me p'tit nom ou ce genre de conneries.

Et merde. Je rêve ou... Je me fais draguer ? Déjà que je n'ai pas l'habitude de me retrouver dans ce genre de situation (pour être honnête c'est la première fois. D'habitude je m'arrange pour aller boire un verre avec des camarades de classe histoire d'être un peu en bande et d'éviter ce genre de souci.) mais en plus il faut que ce soit avec un type qui pourrait  facilement être mon père. L'avertissement de Kaede me reviens rapidement à l'esprit. "Évite les bars" qu'elle disait "Tu es trop gentille et naïve pour bien savoir réagir en cas de souci." J'avoue n'avoir jamais pris ses avertissements au sérieux. Bordel, maintenant je me dis que j'aurais dû. Je balance des appels à l'aide muet dans la salle. Cependant, mes regards suppliants n'ont pas l'air d'atteindre leurs cibles. Je n'ose pas demander au bonhomme de s'en aller. L'idée stupide de prendre le premier gars qui passe et de le faire passer pour mon petit copain me traverse l'esprit mais je l'écarte bien vite. Comble du malheur l'ivrogne remarque mon manque d'assurance et commence à me harceler de "ça vas ?" "Bah alors, ma belle, tu veux que je t'aide à te détendre ? ".

Je vois rapidement la serveuse traverser la salle pour aller déposer une bière prêt d'Andromède. Je remarque aussi qu'elle n'a toujours pas ma salade et ma bière. Pour le moment je suis coincée. Je balance une dernière fois mon regard dans la salle pour croiser celui de Matsumoto-sensei. Je n'ose pas faire des grands gestes d'appels au secours mais c'est tout comme. Intérieurement je hurle "BORDEL DE MERDE SAUVEZ MOI DE CE MERDIER !"    



 



♦ ♦ ♦



Merci Lou <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur - Membre du staff
avatar
Professeur - Membre du staff
Messages : 86
Rabbits : 1076
Date d'inscription : 26/06/2015
Age : 19
Localisation : Hmm...

Informations Alice
Votre Alice:
Possession(s):
Occupation: Professeur
MessageSujet: Re: La bonne, le chanteur et le truand -PV : S. Mellark-   Jeu 7 Jan - 13:31



Acte Premier - Scène 4


Katsu feat. Sacha Mellark



Ce divini breuvage ma rafraîchirait sans doute la gorge avec une efficacité déconcertante, je n'en doutais point un seul instant. En revanche, je vis dans la salle, des vieux coller un peu tout le monde, notamment ma geek de service qui s'était incrusté un peu plus loin. C'était quoi son nom déjà ? Bordel... Ah si ! Sasha ! Nom sympa, d'ailleurs, j'aurais bien aimé avoir un nom un peu moins japonisant, maintenant que j'y pense.. .Shun, c'est vraiment court et moche. Bon, bah ça va, elle avait l'air de bien s'en sortir avec ce gus. Jamais je ne me serai sur le coup douter qu'elle serait attiré par les hommes les plus mûrs. Mais bon, comme on dit si bien, c'est dans les vieux pots que l'on trouve la meilleure soupe. Ça doit être pareil avec les hommes, je pense. Attendant patiemment, réfléchissant encore au costume de scène que j'allais me faire, je regardais en l'air, le plafond était complètement couvert de drapeaux en tout genre, c'était fort amusant.

J'attendais encore un instant avant de me redresser correctement, mais je compris à ce moment précis que j'étais malgré tout u fond très stupide. Pourquoi cela ? Pour la simple et bonne raison que quand j'ai regardé dans la direction de cette jeune fille, elle me lançait un regard d'appel à l'aide... Bon Dieu, pourquoi, juste, pourquoi ? Je n'avais aucune putain d'envie d'aller l'aider, pour être honnête avec vous, parce que mon cul était confortablement posé sur ce grand fauteuil qui m'était attribué à moi et à moi tout seul, et surtout, ma guiness n'était pas encore arrivée, et enfin : j'allais devoir rejouer... Bordel. Et encore, ça aurait pu aller si c'était qu'elle... non parce que le type en face d'elle, je venais à peine de l'identifier... Kuro Naoki. Disons que c'est un habitué du coin, toujours plus à la recherche de sanctuaire où il pourrait y déposer sa lame. Parlons-nous ans ce cas précis plutôt d'un fourreau ?

Enfin, on s'en tape, il n'empêche qu'il pouvait faire ce qu'il voulait avec les élèves des autres, mais les miens, hormis les déchets de la société que je sais identifier et qui n'ont un potentiel en rien du tout, je les affectionne tout particulièrement parce qu'ils sont plutôt sympathique, en temps normal, et qu'ils n'ont aucune vraie raison de se faire agresser par des mecs comme Naoki. Enfin, peut-on vraiment parler d'agression ? En plus, il ne s'était sans doute pas brossé les dents depuis la dernière fois où je l'ai vu, ce qui fait que ça devait vraiment pas être joli à côtoyer, oh ça non. Bon. Tel Arthur dans les chevaliers de la Table Ronde (sauf erreur de ma part), je décidai de surmonter cette épreuve incomparable qu'était la flemme... Enfin, encore fallait-il savoir quoi dire à Naoki pour qu'il se jerte de sa place... Merde, mais qu'est ce que j'allais bien pouvoir dire ?

Bien sûr, si je lui dis ''tu peux laisser cet élève tranquille, s'il te plaît ?'', non seulement il me regardera bizarrement, mais elle se demandera bien quel genre de fréquentations j'ai. Je ne veux pas détruire ma réputation de végétarien bon samaritain alors que je suis le premier à spéculer sur la mondialisation pour m'acheter des vestes en cuir véritable... Je vous avais déjà dit que j'étais quelqu'un de très contradictoire ?

Bon. Vu le regard de détresse qu'elle me lançait, je devais agir. Je ne réfléchissais plus, c'est pas comme si j'avais le temps de penser à quoique ce soit : ça viendrait sur le moment. Un copain ! Merde, elle n'en a pas. Enfin, sauf si j'ai raté un épisode.. .C'est pas grave, je me débrouillerai avec mon imaginaire qui part dans tous les sens. Je soufflais un bon coup, et me dirigeait vers elle, un grand sourire aux lèvres, mes cheveux dans le vent, tel un conquérant, je me dirigeais vers elle, avant de l'enlacer soudainement à lui en faire quitter sa chaise haute. J'étais d'ailleurs presque à la limite de l'étouffer maintenant que j'y pense... La pauvre...

    « - Sasha-chan ! Je me décidais au bout de trois ou quatre secondes de la lâcher. Putain qu'est ce que ça fait plaisir de te voir là ! Ça fait un moment que je comptais te demander ton numéro pour qu'on aille boire un coup ensemble ! Au fait, ton COPAIN m'a appelé et il arrive dans cinq minutes au bar ! Il a finit son entraînement avec son équipe de... Curling ! »


Putain, Katsu, t'es un génie... Non seulement tu trouves des trucs improvisés complètement cons, mais qui passent sans doute d'une manière à la fois naturelle et évidente, tu évites de croiser le regard de l'autre type, et tu fais un clin d'œil au bon moment à ton élève dans la mouise. Non non, vraiment, j'vous dis que sur le coup, j'étais quand même plutôt fier de moi ! Mais mis à part ceci, je rajoutais avec, toujours ce même sourire d'ahuri :

    « - Bah tiens, viens squatter, y'a de la place pour toi et … Et ...Gottfried ! »


Je pense que Naoki ne m'a pas reconnu car jamais après ça il ne m'a reparlé de cet événement.. Enfin, en même temps, pour le nombre de fois où je lui parlais... Par contre Gottfried, quoi... Là par contre, j'allais vraiment loin... C'est le prénom d'un acteur vraiment pas beau à voir, mais c'était le seul nom qui me venait à l'esprit sur le moment. Pourquoi lui et pas un autre ? J'sais pas. Allez savoir. J'avais aussi Siegfried dans la tête, mais ça c'est le nom d'un héros mythologique, ça aurait fait encore moins crédible, donc autant laisser tomber.

Il n'empêche que, une fois que je pus l’extirper de ce mec en lui tenant le bras, l'air de dire ''raboule-toi maintenant si tu veux pas mourir'' (ne lui laissant ainsi ABSOLUMENT PAS le temps de dire quoique ce soit, ni même de protester – quand bien même elle aurait protester à se séparer de cet espèce d'alcoolique drogué), et j'en profitais pour la lâcher quelques secondes plus tard, l’amenant ainsi à ma table à deux canapés, bien éloigné de ce gus, m'asseyant ainsi du côté où mes affaires étaient posées.

    « - Prend place ! » dis-je en lui indiquant le deuxième long fauteuil en face de moi, de l'autre côté de la table, mon fameux sourire au lèvres.


Une fois cela fait, j'en profitais pour remettre mon gros chignon débordant – comme j'aimais l'appeler, et je lui demandais simplement suite à cela :

    « - Bon, qu'est ce que tu fais ici, Sasha-san ? Et comment tu t'es coltiné ce gars ? »


Je suis le seul japonais qui appellent les gens par leurs prénoms alors qu'il ne leur parle que très peu.

[HRP - Désolé de l'attente, ça prendra moins de temps la prochaine fois, promis ! x)]

♦ ♦ ♦



~
It's just me & you, diary. Welcome to my fucking life ! ♥️


~
♪ – Quand Shun s'exprime en anglais, c'est en ♠️ Darkgreen, tandis qu'en japonais, il s'exprime en ☆ Starlue. ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patate insoumise et inconciente
avatar
Patate insoumise et inconciente
Messages : 72
Rabbits : 783
Date d'inscription : 08/07/2014
Age : 21
Localisation : Pariiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis ♥

Informations Alice
Votre Alice:
Possession(s):
Occupation: Classes 5 section Littérature niveau M
MessageSujet: Re: La bonne, le chanteur et le truand -PV : S. Mellark-   Mer 13 Jan - 20:20

La bonne, le chanteur

et le truand


Quand on t'invente une vie et que ça te la sauve

tu fermes ta gueule.

Sasha & Shun




-----------------------------------------------


Je ne suis pas une sainte, c'est un fait. J'ai fais beaucoup de connerie dans ma vie, c'est un fait. Mais, entre nous, en toute honnêteté, monsieur le juge, est-ce que je mérite vraiment CA ? 

Sérieusement, pour une fois qu'un type me drague il faut que ce soit le vieux alcoolique du coin! Je vois déjà Momo (sérieusement, c'est un prénom ridicule non ?), la péta... La fille populaire de la classe me charrier sur le fait que mon charme n’opère que sur les plus de quarante ans. Je vois déjà cette grande brune aux cheveux lisses, au ventre plat et aux jambes de déesse (connasse) se foutre de ma gueule. Elle qui se plait à rappeler à tout le monde qu'elle est la plus belle et qu'avec son alice des phéromones le monde de la mode et de la scène lui tend les bras. La salope. Enfin, je ne la déteste pas, juste qu'elle m'agace. Beaucoup. Surtout qu'elle a le chic pour parler d'amour, de sa folle vie au lit et de son idole à longueur de temps. Me rappelant bien qu'a vingt ans je n'ai jamais eu de copain, d'expériences sexuelles ou même de potentiels love interest... Enfin si. Mais non.. C'est compliqué... C'est la tristesse.

M'enfin bref, pour le moment, Momo ne constitue pas un problème. Mon souci, là, tout de suite, c'est ce dragueur du dimanche. Je me cramponne au rebord de la table, comme ci cette maigre prise était ma seule bouée de sauvetage puis je fixe le sol en priant pour que tout ça cesse. L'haleine du mec me soulève le cœur et je me mets a penser que ce n'est pas plus mal que ma salade soit toujours portée disparue parce qu'elle aurait finie dans la tronche du pauvre homme.

Une ou deux minutes passent. Je commençais à être à court de prières quand tout un coup. Miracle.

Je sens des bras passer autour de moi pour venir m'étreindre et me faire descendre de ma chaise haute. Au début surprise et totalement paniquée à l'idée de me faire draguer de nouveau par un type encore plus vieux et repoussant que le premier, je réussis tout de même à me détendre en reconnaissant le son de la voix de mon sauveur.

OH PUTAIN ! Merciiiiiiiiiii. Dieu existe! La vie est belle, l'humain est bon. Love sur le monde! Bref. Sauvée. Je tique un peu sur le copain en dévisageant mon Andromède préféré. Un copain ? Qui fait du curling ? Sérieusement ? Bon, je comprend là qu'il s'agit de mon billet de sortie et donc je saisie la perche.

J'hoche la tête vigoureusement, cherchant a donné vie à ce petit-ami factice. Un copain? Il lui faut un prénom pour que ce soit crédible..Étrangement, le premier prénom qui me viens à l'esprit est Akiro. Allez savoir pourquoi... Franchement, je ne comprend pas.   


- "Ouais, ouais! C'est pas possible, il est toujours à la bourre ces derniers temps! Je sais bien que les matchs éliminatoires commencent bientôt mais quand même! Faire attendre SA petite amie, franchement, j'en toucherais deux mots à Ak... Gottfried ?"

Sérieusement ? C'est tout ce que tu as trouvé ? Gottfried ? C'est vraiment un prénom ? On dirait le nom d'une espèce de relique légendaire perdue au fin fond d'on ne sait qu'elles montagnes perdues. J'hausse un sourcil vers mon complice mais garde bien pour mes pensées. Après tout, je ne suis pas stupide au point de foutre en l'air mon alibi. Puis bon, quand on t'invente une vie et que ça te la sauve tu fermes ta gueule.

Alors je la ferme et me laisse docilement entraîner le plus loin possible de ce pauvre alcolo (en prenant bien sur le soin de prendre mes sacs).

Je me retrouve donc à la table de mon prof/sauveur du jour. Et je dois avouer que j'en suis bien contente. Je m'assis en jetant tout de même un regard nerveux vers mon ancienne table.. Au cas où.
Étrangement, pense a Momo. Elle serait verte de jalousie si elle me voyait. En fait, elle voudrait même surement me tuer. Parce que son idole, son amour de toujours, c'est Shun, enfin Matsumoto-sensei, ou Andromède si vous voulez. Je me demande si il sait d'ailleurs? Parce que bon, ma camarade n'est pas discrète mais d'un autre coté je n'ai jamais vu de geste de sa part pour la pauvre Momo. 


- "Bah ça, j'aimerai bien le savoir! Non, en fait, de base, j'étais juste partie faire quelques petites emplettes."dis-je en désignant mes sacs du doigt"Puis, l'appel de la sainte boisson s'est fait sentir alors je suis venue explorer d'autres horizons que le bar habituel de la section. Parce que bon, entre nous, la techno ça va deux minutes mais c'est lourd au bout d'un moment. Enfin, je ne savais qu'une fille qui buvait c'était aussi sexy à voir. J'aurai été au courant plus tôt je serais allée vider ma chouffe avec les petits jeunes!"

Je retrouve mon sourire habituel. Je me sens nettement plus à l'aise ici qu'avec l'autre fou. Puis, j'aime beaucoup Matsumoto-sensei. C'est un prof cool et proche de ses élèves. Quand je le vois je me dis que c'est ce genre de relation que j'aimerai avoir avec les miens. Un élève n'est pas seulement un gagne pain. C'est un être humain que tu vois grandir et que tu peux aider, parce que dieu seul sait à quel point la vie est pas cool quand tu es un Alice.

En tout cas, merci. Mais, je peux vous appeler autrement que Matsumoto-seinsei ?"

 



♦ ♦ ♦



Merci Lou <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur - Membre du staff
avatar
Professeur - Membre du staff
Messages : 86
Rabbits : 1076
Date d'inscription : 26/06/2015
Age : 19
Localisation : Hmm...

Informations Alice
Votre Alice:
Possession(s):
Occupation: Professeur
MessageSujet: Re: La bonne, le chanteur et le truand -PV : S. Mellark-   Jeu 14 Jan - 18:53



Acte Premier - Scène 4


Katsu feat. Sacha Mellark




    « - Bah ça, j'aimerai bien le savoir! Non, en fait, de base, j'étais juste partie faire quelques petites emplettes. »


Elle me montra des sacs qui n'avait pourtant pas l'air aussi rempli que ceux de certaines japonaises qui dépensent vraiment tout leur pognon dans les fringues, les fringues et encore les fringues... Non vraiment, elle avait vraiment l'air plus raisonnable que certaines.

    « - Puis, l'appel de la sainte boisson s'est fait sentir alors je suis venue explorer d'autres horizons que le bar habituel de la section. Parce que bon, entre nous, la techno ça va deux minutes mais c'est lourd au bout d'un moment. Enfin, je ne savais qu'une fille qui buvait c'était aussi sexy à voir. J'aurai été au courant plus tôt je serais allée vider ma chouffe avec les petits jeunes! »


J'avais vu absolument tout, sauf ça, en cette fille. Elle n'avait certainement pas l'air d'être ce genre de fille qui traînait dans ce genre de bar, elle avait plutôt l'air d'être ce genre de fille qui écoutait de la popmusic à longueur de temps, en pensant que la société américaine était la plus grande du monde car il y avait Lady Gaga et Katy Perry… Eh ben fallait croire que non. Je ne me posais pas trop de questions sur ses goûts musicaux dans un premier temps, car je me disais bien que pour venir dans ce genre d'endroit, elle ne devait pas trop écouter de la merde.

Quand je la regardais, je ne voyais rien d'autre qu'une élève surexcitée et bien aimable ! Cette gamine allait me plaire, pour sûr ! En plus, elle devait avoir près de mon âge, encore quelqu'un avec qui je m'entendrais super bien ! J'adore me faire des amis, c'est vraiment marrant ! Mais bon, sur ces bonnes paroles, elle reprit finalement, me posant une question qui allait lui coûter la vie ! (bien sûr que oui, c'est sarcastique)

    « - En tout cas, merci. Mais, je peux vous appeler autrement que Matsumoto-sensei ? »


Vous connaissez le facepalm ? C'est le fait de mettre sa main sur son visage, afficher un air désespéré, l'air de dire ''mais bordel de merde, sérieusement ?''. Ben c'est ce que je fis. Après m'être prit la tête dans ma main droite, je releva la tête, disant d'un air simplement blasé et amusé à la fois

    « - T'es pas au courant qu'absolument tout le monde m'appelle Katsu ? Même certaines filles de ta classe. Tu vas pas m'en chier un rein, s'il te plaît. Appelle-moi Katsu, en plus c'est plus court. »


Je fis un léger sourire, l'air de dire ''Bon, c'est quand qu'on s'invite au resto et qu'on va à des concerts'' mais on allait éviter. En parlant de concert, j'allais pas tarder à reprendre le mieux. Pour ce qui est de la serveuse, elle se ramena avec une magnifique guiness, et ouah, qu'elle est était majestueuse, bien bulleuse, servi à ras, pas tant de mousse que ça, et une couleur dorée absolument magnifique ! Non, vraiment, en tout sincérité, la couleur me rappeler vaguement celle de l'urine, et si ça m'fait penser à quelque chose d'aussi dégueulasse, forcément que la bière sera délicieuse ! … Attends quoi ?


    « - Merci bien, belle demoiselle. » et c'est en rougissant, d'un air faussement énervé, qu'elle repartit


Sur ces pensées absurdes, je pris une grosse gorgées qui fit descendre aux deux tiers la pinte que je venais de me faire servir. Laissant ma gorge laissant sèchement s'exprimer sa délivrance par la liberté et l'expulsion de gaz de mon tube digestif par la bouche (dans le langage courant, ou appelle ça un rot), je ne pris pas la peine de m'excuser avant de regarder Sacha qui avait l'air… De ce dont elle avait l'air, en fait, donc, entre le naturel et le ''une expression indescriptible'', je repris la conversation, veillant à l'heure, que je reprenne malgré tout à l'heure les musiques suivantes. Justement, j'en profitais pour demander.


    « - Dis-moi, que penses-tu des musiques que j'ai interprété jusque là ? »


J'en retenais les informations, car dedans, il y avait Accros This Way, que je garderai plus tard, et juste après, je comptais jouer SYOTOS, qui s’avérait être une musique sur la guerre. Ouais, des fois faut juste pas chercher ce qui est logique. Ce qui me vient comme ça, me vient comme ça. Et pas autrement.

[HRP – Ce RP a été écrit sous l'influence deux 8 bières à 17 degrès. Merci de ne pas trop râler sur l'orthographe, la mise en page ou autre o/
HRP2 - Je ne souhaite pas de réponses trop longue, étant donné qu'une conversation se devra avant tout fluide, sauf si t'as t'éclate de décrire les molécules de ta bouche en action, donc don't worry si ta réponse est courte, la mienne non plus n'est pas longue :')]

♦ ♦ ♦



~
It's just me & you, diary. Welcome to my fucking life ! ♥️


~
♪ – Quand Shun s'exprime en anglais, c'est en ♠️ Darkgreen, tandis qu'en japonais, il s'exprime en ☆ Starlue. ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patate insoumise et inconciente
avatar
Patate insoumise et inconciente
Messages : 72
Rabbits : 783
Date d'inscription : 08/07/2014
Age : 21
Localisation : Pariiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis ♥

Informations Alice
Votre Alice:
Possession(s):
Occupation: Classes 5 section Littérature niveau M
MessageSujet: Re: La bonne, le chanteur et le truand -PV : S. Mellark-   Dim 17 Jan - 16:15

La bonne, le chanteur

et le truand


Powerwolf c'est le bien

Sasha & Shun




-----------------------------------------------


Katsu, Katsu. Mouais, je suis moyennement emballée par le surnom. Je préfère largement Shun, je trouve ça beaucoup plus.. Classe. Puis, en tant que grande fan de Saint Seiya (Non, non, pas les Chevaliers du Zodiaque, mais bien Saint Seiya, parce que les Chevaliers du Zodiaque, en toute logique, c'est pas Shun, Seiya et toute la bande non, mais bien Mu, Saga et la toute la clique des armures d'ors) ce prénom ne pouvait que me plaire. C'est d'ailleurs pour cette raison que je suis la seule personne dans cette académie a surnommer Matsumoto-sensei "Andromède". Mais bon, j'ai entendu de sales rumeurs sur le personnage... Parait-il qu'il déteste son prénom et que le dernier élève l'ayant appelé "Shun" a finit à poil dans Notherm Woods après s'être fait défoncer par Mr.Bear. Bien que la rumeur me parait un peu exagéré, je vais me plier à la volonté du maître de la soirée et garder mon beau surnom pour plus tard.    

- "Très bien, allons y pour Katsu!"

Peu de temps après, presque simultanément, la serveuse débarque avec une bière qui me donne l'eau à la bouche. Je lui indique dans un léger sourire que j'ai changé de table pour des raisons de sauvegarde de mon intégrité physique et elle me promet de me ramener ma commande tout de suite. Et en effet, ça n'a pas chaumé. Moins d'une minute plus tard je me retrouve avec une superbe salade devant les yeux et une chouffe fraîchement remplit que je vais m'empresser de finir, parce que la chouffe, c'est bon.  

Je pioche dans ma salade une dé de fromage avant de proposer un peu de mon assiette à mon compagnon de table.


- "Vous en voulez ? C'est super bon cette connerie, servez vous ça me fais plaisir !"

Je pioche une nouvelle fois dans mon assiette avant d'avaler une bonne gorgée de la sainte boisson. Ce que j'ai pensé de ses morceaux ? Hmm... Cool !

- "Sincèrement, j'ai beaucoup aimé l'histoire de Billy le truand! dis-je en riant gaiement En plus, le coup de la douche dorée à la fin était bien trouvé, une superbe chute! J'aimerai bien donner la traduction de la chanson aux filles hystériques de tout à l'heure... Ça peux être drôle, vraiment! Puis, vous avez une superbe voix! "

Je fouille alors dans mon sac pour en sortir mon album de Powerwolf. Toute fière, quoi que un peu gênée parce que face à Powerwolf, il n'y a que deux réactions possibles. Soit on adore et alors on se comporte en deux groupies ultra fanatiques de la mort qui tue tout.. Ou alors on appelle l’hôpital psychiatrique le plus proche.

- "J'écoute un peu de tout en général mais je dois avouer aimer quand ça pète bien. Le Power metal c'est un peu mon dada, enfin, pas que le power metal d'ailleurs, tant que ce n'est pas de la Death Core j'écoute avec joie! Je ne sais pas si vous connaissez Powerwolf mais je pense que ça vous irait bien !

Sans m'en rendre compte je suis partie en mode groupie, comme je le fais à chaque fois que j'ai l'occasion de parler de mon groupe préféré avec Rhapsody of Fire. Un sourire gigantesque aux lèvres je m'empresse de placer deux trois titres que j'aime bien et de chanter les louanges du dernier album  en ma possession.

- "Aaaaaah, ce doit être tellement jouissif de se taper un solo de batterie ou de guitare sur ce genre de chansons. Ça pète, c'est épique, c'est grandiose, un délice pour les oreilles. Aaaaah..

J'aurai pu continuer longtemps comme ça, très longtemps. Sauf que la douce voix de la conscience m'a fait comprendre que je partais sans doute un peu loin pour mon voisin et que ce n'était pas le moment de se taper la honte et de foutre le blanc du siècle.

- "Excusez moi, je crois que je me suis un peu emballée..."

[HRP: J'ai une putain de gueule de bois au moment ou j'écris cette réponse... De plus, j'ai en ce moment de Powerwolf dans les oreilles, de ce fait, je m'excuse pour le placement produit plus que visible dans ma réponse. 8D ♥]
 



♦ ♦ ♦



Merci Lou <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur - Membre du staff
avatar
Professeur - Membre du staff
Messages : 86
Rabbits : 1076
Date d'inscription : 26/06/2015
Age : 19
Localisation : Hmm...

Informations Alice
Votre Alice:
Possession(s):
Occupation: Professeur
MessageSujet: Re: La bonne, le chanteur et le truand -PV : S. Mellark-   Jeu 4 Fév - 14:06



Acte Premier - Scène 4


Katsu feat. Sasha Mellark




    « - Très bien, allons y pour Katsu! »


Elle en avait l'air plutôt réjouit. Tant mieux. Si elle en était contente, ça m'allait. Enfin, d'ailleurs, que ça lui plaise ou non, c'est le surnom que je lui avais proposé. Elle pouvait changer à tout moment. Marre des Matsumoto-senseï à longueur de journée. Elle me regardait, me proposant à manger et à boire par politesse, sans doute (c'est même certain d'ailleurs), puis je la surpris à répondre finalement à ma question. En me souriant, je l'écoutais ainsi me raconter ce qu'elle avait à me dire.

    « - Sincèrement, j'ai beaucoup aimé l'histoire de Billy le truand! En plus, le coup de la douche dorée à la fin était bien trouvé, une superbe chute! J'aimerai bien donner la traduction de la chanson aux filles hystériques de tout à l'heure... Ça peux être drôle, vraiment! Puis, vous avez une superbe voix!

    - Tant de compliments, ça me fait plaisir. Merci.

    - J'écoute un peu de tout en général mais je dois avouer aimer quand ça pète bien. Le Power metal c'est un peu mon dada, enfin, pas que le power metal d'ailleurs, tant que ce n'est pas de la Death Core j'écoute avec joie! Je ne sais pas si vous connaissez Powerwolf mais je pense que ça vous irait bien ! »


Avant de la laisser continuer, ma tête allait exploser. Elle aimait le Power Metal, écoutait Powerwolf ? En fait, ça aurait presque pu être bien si elle n'avait pas rajouté qu'elle n'aimait pas le death core. Arf, encore une personne qui crachait sur le core, alors que musicalement il existe de très bons morceaux. Mais bon, je ne m'exprimais que juste après. Je la laissais ainsi finir sa petit tirade.

    « - Aaaaaah, ce doit être tellement jouissif de se taper un solo de batterie ou de guitare sur ce genre de chansons. Ça pète, c'est épique, c'est grandiose, un délice pour les oreilles. Aaaaah.. Un court instant plus tard. Excusez moi, je crois que je me suis un peu emballée...

    - T'en fais pas. J'aime beaucoup le metal, c'est un de mes styles de musique préférait, même si je trouve que ça a tendance à un peu trop souvent se ressembler. En revanche… Ne crache pas sur le Death Core, si tu es fan de Power Metal, car les groupes à influences coreuses, tel que le metalcore, ou le punk hardcore, ont influencés le thrash metal, qui a lui-même influencé le Power Metal. Après, on peut ne pas aimer, mais si tu cherches bien, tu trouveras des groupes d'exceptions comme Born of Osiris. »


Sur ces dires, je vis la serveuse se ramener à son tour, l'air de s'impatienter. Qu'est-ce-qu'elle pouvait bien avoir ? Elle restait un peu à l'écart, mais j'en profitais pour continuer à parler à mon élève, comme si de rien n'était.

    « - N'empêche, je ne te voyais pas écouter ce genre de morceaux. Sache, si un jour ça t'intéresse, que j'essaierai de monter une scène pour la fin de l'année, où je jouerai des moreaux, et où les élèves s'inscriront. On devrait appeler ça « la journée des talents ». Ce serait amus… Oh merde, le concert ! Bon, reste là t'es aux premières loges ! »


Je me levais ainsi, finit ma pinte d'une traite, et la serveuse me sourit, l'air de dire « c'est pas trop tôt », puis j'en profitais pour prendre un banjo, l'accorder à ma manière, et je commençais à jouer des morceaux de film de Clint Eastwood. Si l'action en elle-même n'était pas vraiment passionnante, je dois bien vous avouer qu'encore une fois, j'ai bien mit tout mon coeur pour jouer ces morceaux. Je ne chantais pas, j'en profitais pour jouer des morceaux tantôt calme, tantôt énergique. Et ça me plaisait bien. Vint un moment où je commençais à prendre une voix un tantinet gutturale, afin de commencer à chanter un morceau à la limite du blues et du metal. Si le banjo était à son saturé, le public n'y aurait vu que du feu.

Dans l'ensemble, les gens commandaient des bières pour venir me voir juste derrière, me saluer, me laisser jouer. La salle était à certains moments mouvementée, et à d'autre un peu plus calme, notamment quand je me mettais à jouer des balades. C'était assez drôle à voir. La population globale du public était vieille, mais ça n'empêchait en rien qu'ils eut été en forme pour le concert que je tenais. C'est agréable, vraiment.

Trois quarts d'heures passèrent où j'avais joué, puis je fis une pause, posant l'instrument, commandant une pinte Charles Quint à la serveuse, m'installant sur la table de Sacha. Je tournais ma tête vers elle, souriant, quelques goûtes perlant sur mon front.

    « - Toujours aussi bon ?»


[HRP – Désolé pour le retard, les cours, lesamis, la dépression, toussa toussa… Comprends-moi x)]

♦ ♦ ♦



~
It's just me & you, diary. Welcome to my fucking life ! ♥️


~
♪ – Quand Shun s'exprime en anglais, c'est en ♠️ Darkgreen, tandis qu'en japonais, il s'exprime en ☆ Starlue. ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patate insoumise et inconciente
avatar
Patate insoumise et inconciente
Messages : 72
Rabbits : 783
Date d'inscription : 08/07/2014
Age : 21
Localisation : Pariiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis ♥

Informations Alice
Votre Alice:
Possession(s):
Occupation: Classes 5 section Littérature niveau M
MessageSujet: Re: La bonne, le chanteur et le truand -PV : S. Mellark-   Sam 2 Avr - 14:55

La bonne, le chanteur

et le truand


Les confessions d'une nana bourrée

Sasha & Shun




-----------------------------------------------


Pendant les quelques secondes précédant la réponse de mon sauveur ma petite voix intérieure me balançait des insultes toutes plus violente les unes que les autres. Des phrases pleine de critiques constructives comme "Espèce de mongolienne, c'est justement parce que tu pars constamment en live que les gens te fuient." ou alors "Si tu arrêtais de jouer à la consanguine deux secondes peut être que tu aurais une vie sociale, tu pourrais pas écouter de la musique "normale", la même que tes camarades de classe par exemple ? Parce que le problème ma grande, c'est que tu es bizarre et si tu veux arrêter que les filles comme Momo te prenne de haut il serait peut être temps de rentrer dans le moule!" ou enfin l’indissociable et très connu "Tu te demandes encore pourquoi Aki t'a rejeté? Faut pas chercher midi à quatorze heures. Personne ne voudrait être ami avec une crétine comme toi."  

Ah... L'art de l'autoflagellation. Une grande capacité, passé lvl 100 dans mon cas. Très pratique ceci dit: plus besoin de se faire engueuler puisque tu t’engueule et te punis toi même.  

Parce que bon, n'importe qui aurait fuit devant ma réaction de groupie transgénique. On aurait dit une de ces nana droguée aux boys-bands qui mouille sa culotte rien qu'en entendant le nom du leader. C'était ridicule. Enfin, ça c'était ma vision des choses, vision apparemment pas partagée par Andromède... Katsu.


- T'en fais pas. J'aime beaucoup le metal, c'est un de mes styles de musique préférait, même si je trouve que ça a tendance à un peu trop souvent se ressembler. En revanche… Ne crache pas sur le Death Core, si tu es fan de Power Metal, car les groupes à influences coreuses, tel que le metalcore, ou le punk hardcore, ont influencés le thrash metal, qui a lui-même influencé le Power Metal. Après, on peut ne pas aimer, mais si tu cherches bien, tu trouveras des groupes d'exceptions comme Born of Osiris N'empêche, je ne te voyais pas écouter ce genre de morceaux. Sache, si un jour ça t'intéresse, que j'essaierai de monter une scène pour la fin de l'année, où je jouerai des moreaux, et où les élèves s'inscriront. On devrait appeler ça « la journée des talents ». Ce serait amus… Oh merde, le concert ! Bon, reste là t'es aux premières loges !

Oh... On ne me prenais donc pas pour une folle? Une gamine bizarre qui en aurais trop prit ? Non ? Et même mieux que ça, il partageait mes goût ? C'était bien la première fois de ma vie que je croisais un autre spécimens ayant de prêt ou de loin la même culture musicale que moi. De mieux en mieux, Katsu était surement le plus chic prof de cette putain d'académie... Après Aki... Quoi que, je n'avais jamais considéré Akiro comme un professeur, je ne l'avais même jamais considéré comme mon supérieur, peut être était-ce parce que je l'avais connu en tant qu'élève ? Parce que ça faisait déjà dix ans qu'on se connaissait lui et moi. Je ne sais pas.

Aux premières loges, comme il l'avait si bien dit, j'avais une vue de premier choix sur la scène et le concert. Et alors que je piochais tour à tour dans ma salade et ma chouffe j’étudiais avec intérêt son idée de journée des talents. J'adorais ce genre d’événements en général, en tout cas en tant que spectateur mais je n'avais jamais encore franchis le pas de me montrer publiquement, la confiance en soit vous comprenez. Pourtant ce n'était pas l'envie qui manque. Je voulais jouer d'un instrument sans jamais avoir eu le couilles de me jeter dans le solfège. Je voulais rechanter comme à l'époque de maman qui chantait en peignant ses tableaux, cependant, je n'en avais jamais eu le courage. Inconsciemment, je reliais le chant aux souvenirs de maman et même si ça faisait douze ans qu'elle n'était plus de ce monde j'avais encore beaucoup de mal à passer outre. Pourtant, et c'était le plus drôle, j'avais une peur presque phobique de mourir avec des regrets et je sais très bien que même si il n'en constituerait qu'un petit, ne pas apprendre à jouer de la musique en ferait parti. Alors qu'est-ce que j'avais à perdre ? Je serais dans quelques mois professeur de Sciences sociales Economie domestiques  au collège et au lycée, si j'avais des choses à boucler c'était maintenant ou jamais. Parce que très bientôt, ma vie, surtout amoureuse allait devenir un tel bordel que je n'aurais plus la tête à rien.

Le concert passa et en moins d'une heure j'avais fini ma salade et avais eu le temps de boire une autre peinte. Quand Andromède fut de retour j'étais bien. Les joues bien roses, de meilleure humeur que ma bonne humeur habituelle et surtout avec une langue nettement plus déliée que d'habitude. Pompette ? Moi ? Oui. Et il n'allait pas falloir longtemps avant que je sois bourrée. Mais étrangement, cette effet de brume dans mon esprit, cette sensation de se sentir légère, de ne plus prendre en compte le monde autour (car il devenait trop compliqué de se concentrer sur plusieurs choses à la fois) me faisais du bien.
 


- Toujours ! Vous avez déjà pensé à sortir un album ? Vous avez votre public vous pourriez faire de grandes choses ! L'académie s'en plaindrait pas, ils sont tellement fières d'exposer leurs précieux Alices comme des bêtes de foire. Sinon, c'est vachement une bonne idée votre histoire de journée des talents. Mon seul soucis c'est qu'hormis cuisiner je ne sais pas faire grand chose niveau musique, bah, j'aimerais bien apprendre à jouer d'un instrument mais je ne sais pas vraiment lequel me correspondrais, la guitare ou le violon ça me tenterais bien. Vous prenez des élèves ?


 



♦ ♦ ♦



Merci Lou <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur - Membre du staff
avatar
Professeur - Membre du staff
Messages : 86
Rabbits : 1076
Date d'inscription : 26/06/2015
Age : 19
Localisation : Hmm...

Informations Alice
Votre Alice:
Possession(s):
Occupation: Professeur
MessageSujet: Re: La bonne, le chanteur et le truand -PV : S. Mellark-   Mer 13 Avr - 11:03



Acte Premier - Scène 4


Katsu feat. Sasha Mellark




    « - Toujours ! Vous avez déjà pensé à sortir un album ? Vous avez votre public vous pourriez faire de grandes choses ! L'académie s'en plaindrait pas, ils sont tellement fières d'exposer leurs précieux Alices comme des bêtes de foire. Sinon, c'est vachement une bonne idée votre histoire de journée des talents. Mon seul soucis c'est qu'hormis cuisiner je ne sais pas faire grand chose niveau musique, bah, j'aimerais bien apprendre à jouer d'un instrument mais je ne sais pas vraiment lequel me correspondrais, la guitare ou le violon ça me tenterais bien. Vous prenez des élèves ? 

    Ha ha, bien sûr que je songeais à sortir un album. J'y songe toujours d'ailleurs. Il faut juste que je l'écrive. Et un titre. Et des morceaux qui me plaisent suffisamment pour que je les réécrive. Et composent. Ça viendra. Et crois-moi qu'ils ne sont pas tant fier d'exposer ainsi leur Alice. Heureusement que la mienne n'a rien à voir avec ça. »


Une pause s'imposa dans mon discours. Je bus une nouvelle gorgée de mon divin breuvage qui fut étonnamment rempli sur ma table. Le serveuse me connaît-elle ainsi si bien ? Un demi-litre de Charles Quint. Quel bonheur, il n'y a pas à dire. Ce concert ne m'épuisait pas, il me mettait en forme, mais ça ne m'en donnait pas moins très soif. La soif venait, ça oui. Et je ne pouvais pas le cacher, surtout que la bière désaltère mon corps à un tel point, que ça en deviendrait très probablement dangereux pour moi. Enfin, j'dis ça… J'en profitais pour finir ma réponse, suite aux deux ou trois gorgées que j'eus pris juste avant.

    « - Bah à la limite, il y aura plusieurs stands et une scène ! Ou plusieurs scènes et plusieurs stands.  voir. En cas, tu peux soumettre toi, l'idée, ça leur permettra de s'activer un petit peu, en si disant ''tiens, une élève qui propose ça, et un prof qui la soutient. Pourquoi pas !'' Si c'est moi qui viendrait, il ne me prendraient pas au sérieux, et toi toute seule, ils ne t'écouteront pas forcément. Donc bon. On verra bien. Et pour ce qui concerne des cours… »


Je réfléchissais un bref instant, me demandant quoi répondre. Après tout, il est bien vrai que ce que je proposais là à ces fous ne leur plairait pas. J'étais un peu plus préoccupé par cette journée organisée, plus que par cette histoire de cours à donner. Ceci dit, je pouvais toujours ouvrir un endroit où je donnerai des cours de musiques à des gens. Allez savoir. Ce n'était pas mon soucis là tout de suite, non. En vérité, je me fichais un petit peu de ce que j'allais répondre, même s'il fallait bien que je réponde quelque chose.

    « - Tu sais, je crois que… Je pourrais donner des cours, mais payant. Mais je suppose que j'aurais pas beaucoup d'élèves, parce que je suis déjà prof, et aussi parce que j'ai des disponibilités pas très pratiques. Néanmoins… Si tu veux apprendre, je veux bien faire des cours pour toi, gratuitement, ça me permettra de m'entraîner à apprendre aux autres à jouer d'un instrument. »


Je regardais un peu autour de moi. Les gens avaient l'air de jalouser la jeune fille, et ça m'amusait bien. Repassant mes lèvres au bord de son long verre m'offrant cette douce liqueur amère, je reposais ce verre sur la table, regardant la jeune dans les yeux :

    « - En vrai, j'aime le metal, mais j'aime vraiment beaucoup trop de choses pour ne pas dire que je suis loin de haïr tout type de musiques. On peut aussi bien me voir entrer en transe sur du Mendelssohn ou du The Avener, voir même sur du Marley ou du bon vieux Maiden. Et le pire dans tout ça… C'est que je suis en capacité de maîtriser tout ça super facilement. Il ne manque plus qu'à me mettre à un instrument, et avec l'expérience que j'ai, je suis sûr que moins de six mois, je le maîtriserait d'une manière convenable. J'apprécie tout, vraiment tout, et retient ça : il n'y a pas de mauvais genres musicaux. Juste des mauvaises musiques dans différents genres. »


Reprenant une gorgée, j'en profitais pour sortir un papier et un stylo, lui écrivant mon adresse mail, avant de lui dire en souriant

  • « - Tiens, si tu souhaites aller à un concert un de ces quatre, envoie-moi un mail, ça me fera plaisir de t'y emmener ! J'en ai marre d'y aller seul. »


Et avec un grand sourire, je m'affalais sur la banquette, alissant quelques secondes passer, la laissant rentrer probablement l'adresse sur son téléphone. JE fermais les yeux un quart de secondes, puis les rouvrit.

    « - De quoi d'autre veux-tu parler ? »


[HRP – Désolé pour le retard, j'avais... la flemme de répondre. x) mais la motivation revient, et le temps aussi, je serai à ton entière disposition 8D]

♦ ♦ ♦



~
It's just me & you, diary. Welcome to my fucking life ! ♥️


~
♪ – Quand Shun s'exprime en anglais, c'est en ♠️ Darkgreen, tandis qu'en japonais, il s'exprime en ☆ Starlue. ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patate insoumise et inconciente
avatar
Patate insoumise et inconciente
Messages : 72
Rabbits : 783
Date d'inscription : 08/07/2014
Age : 21
Localisation : Pariiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis ♥

Informations Alice
Votre Alice:
Possession(s):
Occupation: Classes 5 section Littérature niveau M
MessageSujet: Re: La bonne, le chanteur et le truand -PV : S. Mellark-   Lun 2 Mai - 15:45

La bonne, le chanteur

et le truand


Les confessions d'une nana bourrée n°2

Sasha & Shun




-----------------------------------------------


- Et crois-moi qu'ils ne sont pas tant fier d'exposer ainsi leur Alice. Heureusement que la mienne n'a rien à voir avec ça.

Heureusement que la mienne n'a rien à voir avec ça...Il voulait surement parler des cas semblables à Aki. Des élèves aux Alices de nature destructrices. Ils étaient bien plus nombreux qu'on ne voulait nous le faire croire et n'avait que, dans la majorité des cas, un avenir par très glorieux fait des sales boulots, de mort avant la cinquantaine et j'en passe. Là où l'Académie était très fière de présenter ses majors de promos, futurs grands PDG, inventeurs de génie etc, elle se montrait nettement plus frileuse quand il s'agissait de mettre en avant des Alices comme celles d'Aki. Je savais cela, j'en avais toujours eu plus ou moins conscience. Au final, nous n'étions rien d'autre qu'une valeur marchande avec un haut potentiel. Nous étions l'objet d'un certain business, c'était comme ça.

Intérieurement, je grinçais des dents. Je haïssais profondément le système actuel. Tant de vies brisées, tant de mal, pour quelques heures de gloires et des beaux paquets de fric. Après la révolution de Mikan les hautes sphères ont mit en place un tout nouveau système, une sorte de réforme, tout ce voulait tourné sur l'humain. C'était une bien belle connerie. Cependant, au cours de ma vie entre les murs de la Gakuen Alice j'avais vite compris qu'il était vivement déconseillé de parler tout haut de ce qu'on pensait tout bas. J'avais pleinement conscience de mon discours aux tonalités extrémistes et je savais pertinemment que tout le monde ne partageait mon point de vu. Puis, ce n'était pas du tout le moment de se faire une réunion militante. J'étais trop bien pour me mettre en rogne.

Alors au lieu de partir en live, je me suis concentré sur la suite des évènements.  


- Oh ! Comme une sorte de mini festival ? Ce serait une sacrée bonne idée on pourrait créer autour de cet évènement pas mal de chose et ça changerait des activités obligatoires type Festival de l'école ou bal de Noël. Ceci dit... C'est ambitieux et à deux je doute qu'a seulement deux motivés on nous laisse faire quoi que ce soit. Il faudrait motiver d'autres élèves et quelques profs en plus.

C'était ambitieux et pas gagné d'avance mais ce serait une super opportunité. Enfin restait à trouver du monde pour soutenir le projet et ça c'était la partie "pas gagné d'avance". Les élèves étaient du genre "vieux ados blasés de la life" la plupart du temps. Les plus motivés étaient chauds pour se faire des bars de temps à autre mais pour le reste... Rien que monter une soirée jeu de rôle était une galère sans nom, alors un festival.

- Bah je peux comprendre. Perso, je suis motivée pour apprendre! Mes maigres finances sont pour le coté gratuit de la chose mais je me ferai un plaisir de vous remercier en vous offrant une peinte! Pareil pour les concerts ! Mais.... J'ignorais qu'il y en avait à l'académie... Et la politique de l'école au niveau des sorties est assez strict.

Et comme par magie une gorgée de bière rejoignit mon estomac. Il aurait été sage d'arrêter, pourtant je pris une nouvelle gorgée avant de saisir le petit papier entre mes mains. Andromède avait une écriture soigné pour un homme, c'était agréable de le lire. Je repris une gorgée avant de rentrer le mail du professeur dans le vieil engin archaïque qu'était mon téléphone. Bien sûr hors de question de communiquer avec l'extérieur mais pour savoir si le prof était déjà arrivé quand on était deux minutes à la bourre c'était tout de même bien pratique.

- Bah... Pour en revenir à cette histoire de journée des talents. Comme je le disais il faudrait motiver des élèves, si possible de plusieurs niveaux pour montrer l'intérêt de toutes les tranches d'âge pour le projet. Ca, je peux m'en charger par contre en ce qui concerne les profs... Hormis cet Iceberg d'Aki et la vieille Kaede je n'en connais pas vraiment personnellement.

Je repris une autre gorgée du divin breuvage de l'ivresse, sentant petit à petit cet étrange effet de brume de plus en plus pesant et présent. Mais c'était agréable. Foutrement agréable.

- Future prof et je ne connais aucun de mes futurs collègues! Enfin sauf un mais c'est compliqué. C'est toujours compliqué, même quand on connait l'autre depuis dix ans. J'ignore même en quoi consiste l'examen de passage dans le corps enseignant, c'est pour dire! M'enfin, ce serait un chouette truc cette journée/festival des talents!  



 



♦ ♦ ♦



Merci Lou <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur - Membre du staff
avatar
Professeur - Membre du staff
Messages : 86
Rabbits : 1076
Date d'inscription : 26/06/2015
Age : 19
Localisation : Hmm...

Informations Alice
Votre Alice:
Possession(s):
Occupation: Professeur
MessageSujet: Re: La bonne, le chanteur et le truand -PV : S. Mellark-   Dim 3 Juil - 1:48



Acte Premier - Scène 4


Katsu feat. Sasha Mellark




    « - Oh ! Comme une sorte de mini festival ? Ce serait une sacrée bonne idée on pourrait créer autour de cet évènement pas mal de chose et ça changerait des activités obligatoires type Festival de l'école ou bal de Noël. Ceci dit... C'est ambitieux et à deux je doute qu'a seulement deux motivés on nous laisse faire quoi que ce soit. Il faudrait motiver d'autres élèves et quelques profs en plus. »


Ah !! Enfin une qui partageait mon opinion. Quand j'en parlais aux autres professeurs ou aux autres élèves, ils se raillaient avant de retourner vaquer à leurs occupations. C'était frustrant, au début, mais je suis sûr que si deux personnes soumettent ça au directeur et qu'on lance une campagne de pub, dirons-nous, suffisante, pour inciter les élèves à proposer leur dit talent, même minimes, au moins on en exposerait certains et ce serait chouette, rapport avec l'Alice ou non. Moi par exemple, je me voyais déjà faire un monstre solo de guitare, ou alors enchainait les instruments, laissant la chaine se répétait derrière, composant ainsi un morceau original, en live, sorti de ma tête ! Ce serait vraiment génial ! Ou même monter un groupe ? De metal de préférence, comme ça je me prendrais pas la tête. Je serai batteur, probablement, ou bassiste. Étrangement, guitariste me tente de moins en moins. Ou alors je fais du piano ? Les possibilités auraient tellement pu être infinies.

    « - Bah je peux comprendre. Perso, je suis motivée pour apprendre! Mes maigres finances sont pour le coté gratuit de la chose mais je me ferai un plaisir de vous remercier en vous offrant une peinte! Pareil pour les concerts ! Mais.... J'ignorais qu'il y en avait à l'académie... Et la politique de l'école au niveau des sorties est assez strict. »


Je ricanais un instant, faisant comprendre à la jeune Mellark qu'un ''bas les couilles, frère'' aurait également pu être une réponse suffisante de ma part. En effet, outre ma nonchalance habituelle, je faisais part d'une certaine désinvolture qui n'était pas sans rappeler les moments de ma vie où tout ce qui concernait l'autorité supérieure me dépassait. Et puis dans tous les cas, qu'on se le dise, j'en avais un peu rien à foutre de ce que les supérieurs pouvaient penser. De toute façon, je perd tellement d'argent à faire des conneries au sein de l'établissement moi-même (se rappeler de ce qui s'était passé avec Alida lors des cours de rattrapage), et clairement, on a là une belle image de ce que je renvoie envers l'autorité supérieure : je m'en cogne totalement un rein.

    « - Bah... Pour en revenir à cette histoire de journée des talents. Comme je le disais il faudrait motiver des élèves, si possible de plusieurs niveaux pour montrer l'intérêt de toutes les tranches d'âge pour le projet. Ca, je peux m'en charger par contre en ce qui concerne les profs... Hormis cet Iceberg d'Aki et la vieille Kaede je n'en connais pas vraiment personnellement.  Future prof et je ne connais aucun de mes futurs collègues! Enfin sauf un mais c'est compliqué. C'est toujours compliqué, même quand on connait l'autre depuis dix ans. J'ignore même en quoi consiste l'examen de passage dans le corps enseignant, c'est pour dire! M'enfin, ce serait un chouette truc cette journée/festival des talents! »


J'écoutais et buvais absolument toutes ses paroles, sans exceptions aucune, étant attentif à tout ce qu'elle pouvait proposer. Encore une fois, je trouvais ça réellement motivant de voir quelqu'un qui pouvait s'impliquer pour une suggestion que je pouvais faire, ça me motivait encore plus, quelque part ! Mais bon, elle voulant être prof, et elle ne connaissait pas ses futurs collègues ? A part mon akiki-chou et cette timbré d'Orihime, j'en connaissais pas non plus des masses. Résultat, je me contentais simplement d'acquiesçait comme un demeuré, avant de finalement lui répondre quelque chose d'assez spontané.

    « - Bon sache dans un premier temps, je risque pas, moi de connaître mes collègues avant un moment, hein, à part Akiro, et Orihime-grognasse, ben, j'ai pas grand-chose en matière de connaissance… Ma phrase veut-elle dire quelque chose ? On s'en tape. Mais t'en fais pas, on t'en voudra pas de ne pas côtoyer tes collègues, puis tu me connais moi donc ça va, hein ! Haha ! »


Ce petit rire en disait long sur mon état de pensée actuel. Je lui souris simplement avant de rajouter un simple :

    « - En tout cas merci beaucoup de t'investir comme ça pour l'établissement. Je suis sûr qu'à nous deux on arrivera à quelque chose de grandiose !!! »


[Désolé, mais tu vois l'inspiration ? Que chi xD]

♦ ♦ ♦



~
It's just me & you, diary. Welcome to my fucking life ! ♥️


~
♪ – Quand Shun s'exprime en anglais, c'est en ♠️ Darkgreen, tandis qu'en japonais, il s'exprime en ☆ Starlue. ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La bonne, le chanteur et le truand -PV : S. Mellark-   

Revenir en haut Aller en bas
 

La bonne, le chanteur et le truand -PV : S. Mellark-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [18+] La bonne, la brute et le truand
» VOICI UNE TRES BONNE OPPORTUNITE POUR MARC , MALICE ET JOEL COMME INVESTISSEURS
» Bonne Année
» Un chanteur de poids à redécouvrir
» Bonne Année 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gakuen after Alice :: Académie Alice - Zone RP :: Central Town :: Restaurants-