Partagez | 

Le temps qui court - Eiko Shukaku {Fini}

 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Professeur
avatar
Professeur
Messages : 3
Rabbits : 570
Date d'inscription : 03/04/2016
MessageSujet: Le temps qui court - Eiko Shukaku {Fini}   Dim 3 Avr - 1:07


 
 
 

 
Bienvenue sur Gakuen After Alice


 
Eiko Shukaku
Alice Time Pause
 

Eiko a le pouvoir d’arrêter le temps.
Cet Alice ne connaît pas réellement une limite de temps (tout simplement car celui ci n’existe plus quand l’Alice est en marche) ou d’espace (car cela créerait des failles spatio-temporel). Il touche toutes les formes vivantes et inanimés. Mais il est régulé par d’autres facteurs :
Tout d’abord, elle peut l’arrêter d’elle même. Logique.
Ensuite, si elle rentre en contact (volontaire ou non) avec une personne ou un être vivant d’une longueur supérieur à 1 cm, le temps reprend. De ce fait, elle est toujours seule quand elle l’active.
De plus, si elle s’endort ou perd connaissance, le même phénomène se produit.

Elle a beau apprécié l’état que cela déclenche, rester « trop longtemps » dans le non-temps peut vite devenir étouffant et angoissant. Ainsi l'Alice fonctionne selon un principe d'apnée : au début tout va bien mais il y a un moment où elle est obligée de relâcher le contrôle.
Elle a tenté une fois d'ignorer cette "limite" : elle s'est assommée elle même et s'est réveillée une bonne demi-heure après. Depuis, elle n'ose plus recommencer.

Elle garde des limitateurs, datant de l’époque où son Alice était devenu incontrôlable. Même si aujourd’hui, il ne se déclenche que très rarement de lui même et qu’elle sait l’activer sans erreur, elle préfère les avoir. Cela la rassure.

L'arrêt du temps implique que les personnes autour d'elles ne sont pas conscientes de ce "non-temps". Aussi ne se rendent ils compte de rien entre le moment où il s'arrête et celui où il revient à la normal.
Si elle bouge trop ou apparait devant quelqu'un, il aura plutôt l'impression d'une super-vitesse. Mais elle fait toujours bien attention à ne pas se faire remarquer.


 Caractère Physique
 


Si l’on devait résumer Shukaku en un seul mot, la plupart des personnes diraient « Ennuyante ».
Sa vie tournait littéralement autour de son travail et de ses livres. Quand elle n’était pas dans l’un, elle était dans l’autre. Et quand elle ne parlait pas à un ses élèves ou collègues, elle ne parlait que de cela. Elle était totalement incapable d’avoir un autre sujet de conversation bien longtemps et elle complexait énormément dessus, ce qui faisait qu’elle en trouvait de moins en moins.
(Voir à ce sujet « Alors vous aimez les légumes ? »).

Les jeunes auraient surement décrit cela comme étant « une nerd » mais ce n’était pas réellement glorieux. Etre fan de Harry Potter ou de Star Treck, c’était une chose. Etre fan de son travail, c’était autre chose…

Et de ce fait, en plus d’être accro au travail et totalement asocial, elle était également peureuse. De bon nombre de choses : perdre son Alice, l’extérieur, les animaux qui peuplaient l’extérieur, être vue comme une incapable, le noir, les araignées, les chiens, les superstitions, yokais, les dragons, j’en passe et des meilleurs…

Elle n’était pas très sure d’elle également. Et si elle avait dépassé un peu le côté sectaire de sa jeunesse (« Les spés sont les meilleurs, le reste c’est de la merde »), elle n’osait même pas regarder un être de l’extérieur. Elle complexait également sur ce qu’on pouvait penser d’elle, et notamment vis-à-vis de ses collègues des années supérieurs (collège, lycée, université). L’impression qu’il la prenait pour une idiote ne lui quittait jamais l’esprit.
Son Alice se servait parfois de cela pour se déclencher : un sentiment un peu trop fort et boum, le temps s’arrêtait. Et ce, jusqu’à ce qu’elle ne touche quelqu’un ou qu’elle ne le remette en cours d’elle même.
Mais pendant cette période, son caractère avait tendance à changer. Sa confiance en elle grimpait drastiquement. Il faut dire que, pendant ce bref instant, elle est la maîtresse incontrôlée de tout ce qui se passe. Elle peut hurler sur cette personne qui l’embête, voler ce qui lui fait plaisir, reprendre son souffle face à une situation stressante, aller chercher une information importante (marche aussi bien pour la triche aux examens que l’espionnage). Et ce, à la barbe de tous, sans que personne ne puisse l’en empêcher. Elle se trouvait même des restes d’humour, de répartie… qui évidemment s’en allait aussitôt qu’elle remettait le temps en marche.

Elle était aussi extrêmement loyale et dévouée… Les bons côtés d’un nerd en somme.

------------------------------------

Eiko Shukaku est une femme japonaise d’une trentaine d’année.
Ses cheveux sont bruns foncés et longs. Relâchés, ils lui arrivent un peu en dessous de la poitrine. Mais elle a pour habitude de les retenir par une queue de cheval haute.
Ses yeux sont marrons clairs et petits.
De taille moyenne, sa corpulence est plutôt fine. Elle fait 1 mètres 60 pour 48 kilos.

Sa minceur est d’autant plus accentuée par ses traits tirés et par le corset qu’elle arbore généralement en tenue de travail. Ce dernier, violet foncé, est fermé à l’arrière par un nœud.
Car, même s’il n’y a pas techniquement d’uniforme pour les professeurs, Shukaku a toujours tenu à avoir une tenue correcte pour faire cours. Une bonne présentation, selon elle, est une marque de respect et encouragera les enfants à se tenir tranquilles.
Ainsi s’habille-t-elle d’une longue robe qui descend jusqu’aux chevilles et couvre entièrement ses bras. Le haut est violet clair tandis que le bas est constitué de trois tissu, de longueur différente, dont celui du milieu est gris, en contraste des deux autres qui sont noirs.
Elle ne se maquille pas, elle n’est pas en représentation après tout. Les seuls bijoux qu’elle a sont ses limitateurs, des boucles d’oreilles vertes et dorées, petites, qui ne craignent pas d’être arrachés par accident (elle travaille avec des enfants tout de même ! Ce sont des choses qui arrivent et dont il faut faire attention…).
Par contre, elle porte des chaussures avec un petit talon, juste car elle aime le bruit que cela provoque.

Elle se tient toujours droite et a souvent l’air sévère. Mais elle sait sourire aussi, quand elle s’occupe de ses élèves. Et aussi être exaspérée par leur frasque mais cela…

Quand elle ne travaille pas (ce qui doit arriver tous les 36 du mois), elle se permet plus de choses, comme relâcher ses cheveux ou se maquiller un peu.


 Histoire du personnage Évolution si souhait
 


Shukaku n’avait jamais su quand elle était née, ni même par qui. Elle avait émis l’hypothèse qu’ils s’agissaient de non-alice, qu’il devait y avoir un monsieur Shukaku quelque part dans ce pays. Qu’il avait du tomber amoureux d’une madame, dont elle ignorait le nom. Ils avaient dû être heureux, ils avaient dû se marier. Et elle, elle avait dû naître quelque part dans leur histoire.
Probablement avait elle été un nourrisson, pas très beau à part aux yeux de ses géniteurs. Et ils s’étaient occupés d’elle pendant les deux premières années de sa vie. Elle ne s’en souvenait plus mais son Alice avait certainement dû se déclencher, un jour. Et puis un autre. Et encore un autre. Et suffisamment d’autres pour que l’Académie la remarque et ne vienne la chercher.
C’était courant à l’époque. C’était avant Mikan. Et ca avait été sa vie.



Citation :
« J’ai toujours vécu à l’académie. Mon Alice était si... visible que je suis rentrée ici à l’âge de deux ans. C’était bien avant que la rév...forme n’ait lieu. »



Tout cela, Eiko Shukaku ne l’avait su que par les dires d’autres personnes, les racontars du robot qui gardait les petits ou encore ses anciens professeurs, aujourd’hui ses collègues ou à la retraite.
Elle avait été une petite fille sage, discrète, qui passait son temps dans les livres. Elle ne pleurait pas, ne faisait pas de caprices. Ou du moins pas quand le temps était là.
Elle avait vite oublié ses parents, son ancienne maison. Elle n’en avait même plus un seul souvenir, qu’ils aient étés sous forme d’ombres ou d’odeurs.



Citation :
« A l’époque, les élèves avaient bien moins de liberté qu’aujourd’hui. Je n’avais jamais quitté le domaine. Les relations avec la famille était très limitée voir interdite. C’était réservé aux meilleurs élèves. Mais tout cela me paraissait normal. Alors je grandissait dans ce monde et j’en absorbait la logique. Et ensuite... »



Elle avait été une élève moyenne, studieuse mais sans résultats exceptionnels. Le genre de petite fille que les professeurs aiment avoir en cours mais n’y accrochent pas tant d’importance que cela.
On l’avait placé chez les spé. Cela ne lui avait pas déplu, au contraire. De cette époque, c’était là où elle avait eu le plus de souvenir. L’ambiance de la classe y était agréable, plus souple qu’ailleurs. Tout le monde faisait attention les uns aux autres. Tout cela, c’était sa famille, ou du moins ce qu’elle en connaissait de plus proche.
Alors, elle commença à se demander à quoi cela servait de se lier aux autres types d’Alice. De presque solitaire en maternelle, elle devient sectaire en primaire.
Elle était gentille, serviable, répondait quand on lui parlait mais n’allait pas vers les autres qui n’étaient pas en spé.
Les livres étaient ses amis.
La RTA était sa famille.
L’académie était son univers.
Le temps passait.
Et elle, elle se plaisait dans cette bulle.


Citation :
Les élèves dangereux sont dirigés par Persona. Ils travaillent beaucoup plus durs que nous, parce qu’ils sont formidablement intelligents. Vraiment, je suis joliment content d’être une spé, parce que je ne travaille pas si dur. Et puis, nous sommes bien supérieurs aux psys et aux techs. Les psys sont bêtes. Ils sont dirigés par Jinno, qui est très sévère avec tout le monde, et les techs obéissent à Misaki. Oh, non, je ne veux pas jouer avec des enfants comme ça. Et les phys sont encore pires. Comme je suis content d’être une spé.



Et puis, il y eut Mikan.
Elle était au collège quand cela se produisit. Et elle ne s’en rendit pas de suite compte, n’étant pas directement concernée.
Mais cette enfant entraîna avec elle une marée de changement.
Et sa bulle dorée se perça, violemment.



Citation :
« Ensuite il y a eu Mikan. Et les choses ont changés, les lois se sont adoucies. Mais pour moi... Le personnel ne savait même plus qui étaient mes parents ou où les trouver. Et de toute manière, je n’arrivais pas à voir un quelconque lien entre moi et ces étrangers. De plus, la perspective de sortir.... de partir dans un univers que je ne connaissais pas, où il y avait des gens différents de moi. Cela me terrifiait tellement. »



Le secrétariat la convoqua un jour pour lui annoncer que son dossier d’admission avait été perdu. Une erreur, une petite maladresse qui lui avait fait perdre son seul lien avec son passé.
Les gens avaient de la peine pour elle. Certains lui en inventaient même. Quelle tristesse cela devait être de ne pas connaître ses parents. Oh oui, sûr, elle devait le regretter.
Mais la réalité était tout autre : elle se sentait totalement indifférente à ce fait.
Elle venait à peine de réaliser que des gens existaient en dehors de ce mur.
Oui, à peine, au collège.
C’était bête.
C’était stupide.
Mais c’était comme ca.
Et cela la terrifiait au plus haut point.



Citation :
-Je vais partir moi aussi ? Ils vont me jeter dehors dès que je serais totalement adulte ?
-Mais non les professeurs ne feraient jamais une chose pareille.
-Mais ils ont bien mis dehors les Alices de type enfance.
-Et alors ? Tu t’en préoccupais à l’époque ?
-…
-Non.
-Il y a quoi dehors ?
-Je ne sais pas.
-Des yokai ? Des oni ? Des dragons ? Des personnes sans pouvoirs ?
-Non, ca ce n’est que dans les livres de fiction.
-Mais c’est la seule chose que je connais.
-Alors en dehors du monde réel, il y a quoi ?



Pour combler ses angoisses naissantes, Eiko se lança à fond dans les études, devenant brutalement une élève des plus brillantes, apprenant toutes sortes de choses, même hors programme. Tout, avaler tout, apprendre tout, pour ne pas penser au reste.
Maitriser des langues étrangères jusqu’à la perfection car cela n’était jamais totalement possible, l’obligeant sans cesse à progresser.
Mémoriser par cœur des paragraphes entiers de matières qu’elle n’aimait pas, juste pour les recracher, jusqu’à en avoir la nausée.
L’enseignement, de manière compulsive, boulimique, pour que plus rien d’autre ne lui vienne en tête.
Et paradoxalement, la maitrise de son Alice commença à lui échapper. Parfois il se déclenchait sans qu’elle l’ait demandé mais généralement, c’était plutôt qu’il ne voulait pas se lancer. Il y avait comme une sorte de blocage. C’était la trop grande conscience qu’il n’était pas illimité, qu’un jour il allait s’épuiser.
Que le temps allait la rattraper.


[/color]
Citation :
« Tic tac, tic tac. Le temps que tu arrêtes, un jour il va revenir. Un jour il va te revenir en pleine face. Et c’est toi qu’il arrêtera. »



Elle était entrée au lycée. Elle entra à l’université, fit deux filières de 3 ans avant de se retrouver au pied du mur de nouveau : il fallait trouver une nouvelle échappatoire.
Elle devint professeur d’anglais.



Citation :
« Bonjour les enfants. Je suis votre nouvelle professeure d’anglais. Je m’appelle Shukaku. Je vous préviens de suite : dans ma classe, je n’accepterai ni chahut, ni bavardages. Il faudra bien vous tenir et travailler. Je n’hésiterais pas à faire repasser chaque élève qui aura une mauvaise note autant de fois qu’il le faudra. Et punir chaque insolent jusqu’à ce qu’il sache tenir sa langue. Ai-je été bien claire ? »


Stricte, droite mais juste, totalement dévouée à ses classes. Ne pensant à rien d’autre qu’à son travail.
Et avec ses petits chouchous également. Généralement, ceux dans lesquels elle se reconnaissait. Et particulièrement les types enfance pour lesquels elle avait la plus grande des pitiés.
Mais ce n’était pas assez… Deux ans plus tard, elle ouvrit un club de théâtre.



Citation :
Le club de théâtre n’a pas pour objectif d’enseigner aux enfants le métier de comédien, ni de leur mettre en tête de vivre de cet art plus tard. Il n’enseigne que les bases de cette branche. Son véritable but est de sensibiliser les enfants et les adolescents aux textes, qu’ils soient de théâtre ou de littérature, par le biais du jeu. Il forme également ses membres à devenir de bons spectateurs, capable d’apprécier et reconnaître une pièce. Et n’oublions pas également, le plaisir de jouer, ce qui est le plus important aux yeux des enfants.



En parallèle, elle se porta volontaire comme cobaye pour un possible remède à son type d’Alice… Un mécanisme qui permettrait de « recharger » ce dernier une fois arrivé à terme. Elle ingurgita donc toutes sortes de produit et eut de nombreux test… qui semblèrent arriver à quelque chose, une dizaine d’année plus tard. Ce fut un soulagement sur le moment.


Entre deux, la vie continua au sein de l’académie. Mais son ressenti pour l’extérieur ne passa pas si inaperçue que cela car, un jour, il y a environ 5 ans de cela, elle fut contactée.



Citation :
« Shukaku Eiko ? Je travaille pour l’organisation alpha, du côté de l’ordre. Je pense que ce que j’ai à vous dire peut vous intéresser. »



A ce stade là, elle n’avait que vaguement entendu parler de cette organisation, juste des bruits de couloirs. Elle n’aurait jamais imaginé qu’ils aient pu exister en vrai.



Citation :
« Votre Alice est... puissant. Arrêter le temps, le contrôler à votre guise. C’est presque les pleins pouvoirs que vous avez là. Et pourtant, vous vivez dans la crainte qu’on vous envoie à l’extérieur ? Dans la crainte de ces animaux, sans pouvoirs, bien plus faible que vous ? N’est ce pas paradoxal ?
Nous pouvons vous aider à avoir la vie que vous méritez, libérer de la peur de perdre votre Alice ou d’être expulsé. Mais notre reine a aussi besoin de vous, à ses côtés.  »



Elle avait hésité. Non pas que la proposition ne lui plaisait pas, au contraire. Mais plutôt qu’elle ne parvenait pas à percevoir en quoi une femme comme elle pouvait leur être d’une quelconque utilité. Allait elle devoir faire des missions à l’extérieur ? Se mettre en danger ?
Non, l’avait on aussitôt rassurée. Elle n’avait qu’à être leur yeux et leurs oreilles à l’intérieur. Faire de l’espionnage en somme.
Elle avait dit oui.

Parfois, elle se met à douter de son choix. Particulièrement sur leur vision des Alices forts et ceux faibles. Ne sont ils pas tous plus puissants que ces animaux par nature ? Faire la distinction n’a aucun sens à ses yeux et elle ne voudrait pas la faire entre ses élèves.
Mais à chaque fois qu’elle rencontre la reine, ses doutes s’envolent. Cette personne sait surement ce qu’il y a de mieux à faire.



Alors, en attendant ses instructions, elle se concentre corps et âme dans son métier.
Et c’est ainsi qu’elle demeure à ce jour la collègue de bureau discrète, stricte mais appliquée dans son travail.

 
IRL

Code du réglement:


... Dispensée ? **


DC ? ou si non Comment as-tu connu le forum? :


Yep. De James Hamlet et Fuminori Otonu


Avatar:

Umineko no naku koro ni / Natsuhi Ushiromiya / Eiko Shukaku


Autre:

Je suis de retour o/ Pour vous jouer un mauvais tour
 

Particularités du personnage

Prénom et Nom:

Eiko Shukaku
Sexe :

Féminin
Age:

35 ans
Age d'entrée à l'académie:

Très jeune
Date de naissance:

Inconnue
Poste ou classe actuelle:

Professeur de mathématiques en primaire. Est passé prof référent des spé.
Orientation:

Bisexuelle, pour changer
Objets importants possédés: (Limiteur, Pierre Alice, Objet Alice ) Attention ne pas en avoir trop, que ça reste logique.

Aucun
Nom alice :

Ecrire ici
Type Alice:

Indeterminé
RTA:

Spé
Alpha Ordre :

Rentrée dans l'Ordre quelques années après avoir pris son poste de professeur. Plus de détail dans l'histoire. Principale motivation : peur des non-Alices.

 
And ...

 

 

 
© Halloween

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RTA Psychologique - Membre du staff
avatar
RTA Psychologique - Membre du staff
Messages : 204
Rabbits : 1229
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 28

Informations Alice
Votre Alice:
Possession(s):
Occupation: Classe 4 Niveau K
MessageSujet: Re: Le temps qui court - Eiko Shukaku {Fini}   Lun 4 Avr - 3:19

Chère Jamie,

J'aime bien ta manière de faire vivre sa personnalité. De l'exprimer dans l'histoire mais aussi dans des petits détails comme les limiteurs qui la rassurent.

J'aime bien ta présentation aérée, soignée et méthodique qui rend la lecture agréable, il y a une bonne orthographe et j'aime aussi le fait que en y réfléchissant, on s’aperçoit que ton personnage est bien plus complexe qu'un rat de bibliothèque.

Tu sais la faire vivre pleinement  dés le début, dés la fiche et ça c'est une grande qualité.

Pour l'Alice on en a discuté très longtemps par skype et il me va à présent, il pourra peut-être même aider des gens plus tard, si tu le souhaites, dans nos évents mais je n'en dis pas plus sinon le reste du staff ne sera pas très content que je ne garde pas le secret.

Sinon j'adore les citations dans l'histoire ça donne de l'originalité et anime la simple narration ou la simple fiche en Rp, bref c'est unique et j'aime bien ^^

Tu as donc ma voix ♥

♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RTA Physique -  staff
avatar
RTA Physique - staff
Messages : 340
Rabbits : 2520
Date d'inscription : 15/08/2012
Age : 24
Localisation : One day, Somewhere....

Informations Alice
Votre Alice:
Possession(s):
Occupation: 2 S
MessageSujet: Re: Le temps qui court - Eiko Shukaku {Fini}   Lun 4 Avr - 11:30

J'adore Shukaku, ça change tellement de tous tes autres personnages **
Elle a peur des dragons? Mais c'est gentils les dragons! /PAN/

Bref tu as ma voix XD

♦ ♦ ♦


J'écris en darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Compte Fondateur
Messages : 381
Rabbits : 2570
Date d'inscription : 13/07/2012

Informations Alice
Votre Alice:
Possession(s):
Occupation: Classe/métier
MessageSujet: Re: Le temps qui court - Eiko Shukaku {Fini}   Lun 4 Avr - 14:05

Bienvenue sur Gakuen After Alice !
Ta fiche est maintenant validée, félicitations ! Tu peux désormais aller poster librement dans l'académie. N'oublie pas d'aller faire recenser ton avatar dans le bottin des avatars disponible ici, d'enregistrer la date d'anniversaire de ton personnage ici et de faire une demande de chambre au niveau de ton dortoir.

Tu peux également créer une fiche de suivi pour ton personnage sur ce topic ou demander un rp ici. Enfin, tu peux aussi poster un journal intime pour ton personnage dans ce sujet.
Nous vous demandons par contre de bien vouloir mettre votre nom et prénom de pseudonyme dans les intitulés de ces sujets pour plus de clarté (les surnoms de suffisent pas). Cette remarque est également valable pour les absences!

Si tu as des questions, n'hésite pas à aller consulter les aides disponibles dans le sujet « A lire avant tout » ou contacter un membre du staff. Encore bienvenue et bon RP à toi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gakuenafteralice.lebonforum.com
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le temps qui court - Eiko Shukaku {Fini}   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le temps qui court - Eiko Shukaku {Fini}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le temps qui court - Eiko Shukaku {Fini}
» Juste le temps de souffler... [Pv : Marvin] [Fini]
» Et c'est le temps qui... court
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gakuen after Alice :: Mes premiers pas en tant qu'Alice! :: Me voici ! - Présentation :: Fiches Validées-