Partagez | 

La limonade je la préfère avec du caviar [ PV Eiko Shukaku]

 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RTA Physique (1)
avatar
RTA Physique (1)
Messages : 4
Rabbits : 601
Date d'inscription : 03/04/2016
Age : 29

Informations Alice
Votre Alice:
Possession(s):
Occupation: Maternelle
MessageSujet: La limonade je la préfère avec du caviar [ PV Eiko Shukaku]   Mer 13 Avr - 0:47


Maman pleurait devant tous les paysans, papa la serrait fort contre lui, Maman avait le bras dans le plâtre et Papa un bandage autour de la tête...Quelques contusions...mon œil ! Oui ! Ces gueux ne savent vraiment rien ! Et dire que leur roi et reine se chagrinaient devant eux. Maman tu sais t'as pas besoin de pleurer je vais bien, je vais...De grosses larmes emplirent la gorge de la petite. Non ! C'était déjà la honte alors si elle en rajoutait, elle n'était pas comme tous ces paysans bébés de 3 ou plus qui pleurent leurs parents. Je ne pleurerai pas ! Se répétait sans cesse l'enfant de trois ans.

Elle eut soudain une idée, bien que ne pouvant plus parler sans danger elle pouvait toujours rire. Oui rire devant tous ces gueux pour consoler Papa et Maman et que les murmures s'arrêtent plaignant cette famille séparée si tôt. Alors Hana explosa de rire, un beau rire un peu trop explosif mais digne d'un chant d'oiseau.

Papa la regarda et elle sourit en tapotant sa joue, elle fit un bisou à maman. Maman eut un sourire, elle avait compris, pas comme ces paysans qui la regardaient à présent comme folle, non, Papa et Maman vous savez bien que je m'en occupe, que ça ira, je suis grande à trois ans  et je veux que vous souriez car on doit être heureux, on est une famille royale,  OK ? Mais déjà maman se remettait à pleurer et papa demandait pardon, non s'il vous plaît...


« STOP ! » cria la jeune enfant en faisant un bond de deux mètres et demi avant de s'écraser sur une famille avec un primaire en larmes. Papa, Maman paniquèrent mais déjà Hana s'enfuyait, elle ne voulait plus qu'ils pleurent devant le peuple.

Elle s'assit à un mur une fois dans le couloir, et mit sa tête dans ses genoux, elle ne pleurait pas, la souffrance était trop grande pour ça. Et sa fierté l'aidait à s'accrocher à cette idée qu'elle se répétait en pensées :
* Je suis une princesse ! Je suis une princesse ! Je suis une princesse !*

Quand sa respiration fut calmée, elle regarda son étoile à son col d'uniforme. Elle en était très fière, c'était rare en maternelle. Cela prouvait sa supériorité selon elle. Elle se leva, à la prochaine visite elle donnerait un dessin à papa, maman pour s'excuser, mais aussi car comme ça ils penseraient au dessin et non à leur séparation, oui bonne idée ! Bon elle déteste dessiner mais pour des Souverains parfaits, comme ses Parents, elle pouvait bien faire un effort.

Elle retrouva le sourire, ça c'était une idée de Princesse !


Elle marcha tout sourire rêveuse, un instant, se demandant si elle allait croiser son futur époux parmi les mécréants. Elle ne le vit pas, tant pis une autre fois ! Par contre elle vit un professeur recouvert de la limonade qu'elle avait explosé à sa figure à son bond. Une plutôt, elle voulait quoi, cette femme du peuple ? Hana se cacha derrière un pan de rideau et la professeur passa sans la voir. Elle resta longtemps derrière le rideau jusqu'à presque s'endormir, qu'il n'y ait plus aucun bruit autour, deux ou trois heures qui lui parurent toute une vie ! C'est que si on la tuait elle aurait du mal à régner et c'est bien connu les souverains ont beaucoup d'ennemis ! Elle ressortit croyant tout danger passé...

Ouf, c'est que c'était pas simple d'être une princesse, son hoquet si ça se trouve c'était de sang royal,
une sorte de test, pour voir si elle pouvait être digne d'être à la tête de tous avec Papa, Maman ! Oui c'était ça ! Forcé ! Et quand elle aura réussi elle pourra reparler et sa famille sera reconnue de l'Univers entier ! Forcé !

Mais soudain ! Un robot la prit par le col :
«  Ah petite peste trouvée ! » Elle se débattit pieds nus, elle n'était pas petite et c'était le peuple les pestes ! «  Où as tu mis tes chaussures, ENCORE ? » Elle toisa le robot de ménage. «  Et je parie que tu ne sais même pas que c'est ta faute ! Pour la limonade ! » Sa faute ? Mais le liquide avait qu'à pas être là d'abord !

« Sans oublier que tu frappes tes camarades quand ils pleurent la nuit ! Que tu fugues chaque jour ! Que tu ne vas quasiment pas en classe et surtout que tu t'amuses à mettre des chewing-gum dans les couches neuves ! »


Le regard sévère la petite rectifia dans sa tête :
* Mes camarades je les frappe car ils racontent des bêtises en pleurant, je leur rends service d'abord Madame la robot ! Je fugue car j'ai pas que ça à faire, je suis très occupée en tant que Princesse et vous m'empêchez d'apprendre la vie en me cageant dans vos jupes en toiles ! La classe ? A part la RTA et parfois quelques autres leçons ? Pourquoi faire ? Une princesse sait ce qu'elle doit apprendre ou non, alors coller des gommettes et dessiner des patates ça va deux secondes, mais parcourir le monde a bien plus à apprendre à une princesse et pour la dernière accusation je plaide à nouveau l'innocence !  C'est par bonté ! A deux ans, on se doit d'apprendre à se passer de couche ! Est ce que moi j'en porte ? NON ! Bon OK, en tant que Princesse c'est normal, mais je dois aider les miséreux petits paysans ! *

« Ah tu ne veux rien entendre ? Bien et bah, je vais t'emmener vers la professeur que tu as couvert de limonade, elle te fera entendre raison ! »
vociféra la robot.

* Mais elle va me lâcher cette vieille caisse ! *
s'irrita Hana en se débattant mais la robot tint bon.

Elles sortirent du bâtiment administratif et entrèrent aux dortoirs, la robot alla dans l'aile des professeurs que Hana n'avait que vaguement parcourue. Elle frappa à la porte :
«  Madame  Shukaku ! J'ai une mauvaise élève pour vous ! »

Et elle partit laissant la fillette devant la porte lui ordonnant de rester là. La gamine de trois ans ne bougea pas, elle était une princesse ! Une princesse ne fuit pas comme une lâche face à une gueuse !
La mine renfrognée elle attendait que la porte s'ouvre en silence, peu importe le châtiment elle l’affronterait dignement !


[ HRP : A toi ^^ ]

♦ ♦ ♦

Bonheur d'une reine:
 

ou chouinage d'une reine ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur
avatar
Professeur
Messages : 3
Rabbits : 599
Date d'inscription : 03/04/2016
MessageSujet: Re: La limonade je la préfère avec du caviar [ PV Eiko Shukaku]   Dim 24 Avr - 21:38


La journée avait été bien chargée pour la professeure. Et pour cause, tous les parents avaient pu entrer, l’espace de quelques heures, au sein de l’établissement, afin de voir leur progéniture. Enfin pas tous, mais une bonne partie. Ainsi le personnel avait été réquisitionné pour surveiller, escorter, vérifier l’identitée des visiteurs (histoire que de sombres personnes ne se glissent pas dans les rangs), répondre aux diverses questions et… réconforter les plus jeunes à la fin de la journée. Car oui, Shukaku en avait vu des petits pleurer. Ils étaient si tristes de quitter leurs parents. Quelque part, cela lui faisait mal au cœur. Elle songea que, rien que pour cette raison, l’on aurait dû interdire ce genre de pratique. Mais bon…
Après, elle avait aussi dû courir après de ses élèves, notamment ceux qui ne voulaient en aucun cas venir (du genre… le jeune Hamlet). Il y avait également le cas un peu spéciaux des enfants pour qui cette journée n’avait aucun sens car ils voyaient leurs parents presque tous les jours (les enfants des collègues, du personnel, des marchands…). Et si cela avait existé à son époque, elle aurait surement été dans la catégorie de ceux qui n’espèrent plus. Mais elle avait chassé dans un coin de l’esprit cette pensée.

Ceci dit, elle avait tenté autant que possible de se tenir éloigné de ces gens, se contentant des tâches subalternes, ne dérogeant à la règle qu’en cas de parent Alice. C’était ce qu’elle faisait tous les mois. Elle était bien trop trouillarde pour se retrouver confronté à … ça.
Et alors qu’elle rassemblait les enfants pour les faire rentrer, elle s’était sentie aspergé d’un liquide froid. Cela l’avait fait sursauter, surtout qu’elle ne comprenait pas réellement ce qui s’était passé.
Son collègue la dépanna en disant qu’il s’occuperait de les rammener et qu’elle pouvait aller se doucher maintenant. Le liquide ne devait pas être de l’eau par ailleurs, mais quelque chose de sucrée car elle le sentait être collant. C’était définitivement désagréable.

Elle courut donc à son appartement et pris un bon bain chaud. Le sucre s’en alla petit à petit et elle en profita pour se détendre. Elle en sortit finalement, se séchant les cheveux avant de se rhabiller. Elle savait qu’elle aurait peut être à faire la police à l’étage des primaires aussi ne se mit elle pas en habit « de détente » mais enfila plutôt son « uniforme ».
Elle avait organisé sa chambre de sorte qu’elle soit découpée en deux parties par un haut paravent. La partie donnant sur la porte était alors son bureau, et celle donnant sur la salle de bain sa chambre. Tout, des meubles de rangement jusqu’à la taille du lit, avait été optimisé afin de prendre le moins de place possible. Un parfait équilibre japonais.

Elle posa ainsi ses copies à faire sur sa table basse et alla mettre l’eau à cuire pour le thé. Elle avait un tout petit coin « cuisine » mais qui servait surtout pour les encas et ne devaient pas dépasser les 5 m2 : juste un minibar/petit frigo pour les boissons, une bouilloire, un micro-onde et un placard attaché au mur. Le strict minimum en somme, et un des avantages d’être professeur. Qui irait la contrôler après tout ?

Elle prit également un livre de contes de Grimm en anglais. Elle devait préparer son cours du lundi après tout. Les examens seraient bientôt là, cela sentait la fin de l’année. De ce fait, ses leçons étaient un peu plus ludiques car elle servait avant tout de récapitulatif, afin de leur permettre de bien réussir. Un autre livre l’attendait sur son lit, mais pour son plaisir personnel cette fois, une fois qu’elle aurait finit son travail.

En somme, alors qu’elle s’installait sur sa table basse, il s’y trouvait déjà : une tasse de thé, une petite assiette de mitarashi dango, un petit bol de konpeito, ses copies à corriger, son livre pour le prochain cours et sa fidèle trousse, remplie de stylos de couleurs et de crayons. Elle avait tout pour bien travailler aussi se lança-t-elle joyeusement dans sa tâche.

Cela faisait un petit moment qu’elle corrigeait quand elle entendit toquer à sa porte.

-Madame Shukaku ! J'ai une mauvaise élève pour vous !

Une mauvaise élève ? Qui cela pouvait il bien être ?
Elle ouvrit la porte et tomba sur une toute petite fille, aux cheveux bleus, un gros nœud dedans, l’air revêche et les pieds bien sales. Cela la surprit un peu et elle passa en revue la liste de ses élèves à toute vitesse afin de l’identifier mais y échoua. Cela devait donc être une maternelle.
Elle se sentit d’humeur bien plus indulgente et sourit.


-Eh bien entre.

Elle la laissa passer avant de refermer la porte.

-Assieds toi, je vais te préparer quelque chose à boire.

C’était la moindre des choses, surtout que la tasse de l’adulte –dont elle s’était resservie- fumait joyeusement à côté de ses stylos.
Elle prit une nouvelle tasse, y versa du lait puis la mit à chauffer.

-Je m’appelle Shukaku-sensei. J’enseigne l’anglais aux classes de primaire. Mais je ne crois pas t’avoir déjà vu, donc j’imagine que je ne t’aurais en cours que dans un ans ou deux, je me trompe ?

Elle sortit la tasse du micro-onde, y ajouta une cuillère de miel, une de sucre et mélangea vigoureusement. Puis elle se retourna vers l’enfant et la lui donna.
Elle s’assit alors à sa place et continua :

-Et donc, peut on connaître le nom de cette jolie demoiselle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RTA Physique (1)
avatar
RTA Physique (1)
Messages : 4
Rabbits : 601
Date d'inscription : 03/04/2016
Age : 29

Informations Alice
Votre Alice:
Possession(s):
Occupation: Maternelle
MessageSujet: Re: La limonade je la préfère avec du caviar [ PV Eiko Shukaku]   Mar 26 Avr - 21:35


La dame était belle, bien plus belle que la femme aux cheveux dégoulinant de limonade de tout à l’heure. Pourtant Hana qui tête levée la scrutait ne put s’empêcher d’associer cette bourgeoise à la sensei de tout à l’heure pleine de liquide collant et décoiffée. La dame ne semblait cependant pas en colère. Cela n’était peut-être pas elle mais un sosie alors ? Hana croyait aux sosies par exemple Bou le chien du voisin était le sosie de plein de chiens dans la rue.

Bou que sa famille avait recueilli.

En y repensant son ventre se serra alors elle garda la tête levée et à l’invitation de la dame marcha noblement  jusqu’à s'asseoir près de la table basse, les robots de ménage étaient stupides, elle arrivait toujours à tromper leur vigilance, alors qu’ils se soient trompés de personne était possible.


« Je m’appelle Shukaku-sensei. J’enseigne l’anglais aux classes de primaire. Mais je ne crois pas t’avoir déjà vu, donc j’imagine que je ne t’aurais en cours que dans un an ou deux, je me trompe ? »


Hana ne répondit pas mais  pensa presque vexée :
* On regarde une Princesse dans les yeux en parlant ! * Mais la boisson chaude la rendit plus clémente, elle pardonna donc à la bourgeoise son affront en la prenant.

« Et donc, peut on connaître le nom de cette jolie demoiselle ? »

On ? Il y avait plusieurs personnes dans la pièce ??? Hana scruta celle ci mais ne perçut personne, peut-être une caméra comme dans les films d'espionnage que Papa adore...

Mais pourquoi faire ce n'était pas logique ! A moins que cette bourgeoise veuille la kidnapper contre un titre de noblesse. Les bourgeois, selon la petite de trois ans, c'est des paysans qui se déguisent en souverain, mais leur beauté ne change rien à leur souveraineté inexistante, c'est comme le père Noel qui n'existe pas, juste un déguisement stupide, on est ce qu'on naît non ?
Mais la bourgeoise n'avait pas l'air méchante, elle décida de lui laisser le bénéfice du doute. Un peu rassurée elle engloutit son lait chaud, ça lui brûla la gorge, elle toussa. Avant de fusiller la tasse du regard, elle faillit la lancer à terre mais ce n'était pas digne de son rang, une princesse de trois ans ne casse pas les affaires des gens qui l'invitent, ainsi elle reposa la tasse sur la table basse.

La fillette voulut prononcer son nom, mais la première syllabe
"Ha" l'expulsa violemment du sol et elle retomba en douceur après s'être cognée à une pile de livres sur une petite armoire. Elle pesta intérieurement et dans un soupir, commença à ranger en pile les affaires renversées de la bourgeoise. Une princesse ramasse ce qu'elle a fait tomber !

Parmi les livres beaucoup étaient sans image donc incompréhensibles même par une princesse de trois ans, elle grimaça ...se rendant compte qu'aller plus souvent en classe serait utile, peut-être mais pas en maternelle, elle elle voulait apprendre à lire et à écrire, ce serait tellement plus simple pour communiquer ! Et puis les primaires de six ans chialaient moins que ses compères de son âge...Elle pourrait peut-être squatter les cours des primaires ? Mouais, les professeurs ne seraient pas d'accord, et c'est ennuyant qu'ils soient si désobéissants, la prenant pour un bébé... Elle avait trois ans non mais oh !

L'enfant s'arrêta soudain sur un livre, un des rares illustrés, il était entièrement rouge et dessus une peinture d'une petite fille aux habits d'un rouge plus clair avec autour des arbres, Hana se souvint du conte raconté par Maman: Le petit chaperon rouge.  Elle, elle devait être noble ! Elle a quand même vaincu un loup ! Hana aussi était noble alors elle décida que elle se ferait comprendre coute que coute ! Elle avait fini de mettre en pile les livres et se releva, peut-être que la professeur avait agi ou parlé mais elle l'avait ignorée. A présent la fillette tenait fort contre elle l'album et décidée s'approcha de l'adulte avant de la fixer dans les yeux, des yeux de terre dans des yeux d'azur. La fillette se montra du doigt avant de montrer une fleur dans un vase près de la fenêtre. Hana signifiait Fleur c'est ses parents qui avaient dit et Papa , Maman en tant que souverains n'avaient pas une parole contestable, de personne dans la galaxie !

Elle considéra que la sensei avait compris avant de regarder intensément l'album, il avait étrangement deux titres l'un en caractère japonais l'autre d'une autre écriture: de l'anglais. Elle ne savait lire ni l'un ni l'autre mais constata la différence d'écriture. Elle aurait bien aimé le lire ce livre, sûrement que la jeune dame du livre qui avait vaincu le loup en avait à lui apprendre des trucs sur la noblesse ! C'est qu'être une princesse nécessite une bonne formation qui n'est pas donnée à tous  !

Et puis, ses parents lui manquaient, Hana le savait mais elle savait aussi qu'elle était là pour prouver sa valeur de princesse et lire l'y aiderait beaucoup !

Mais comment faire pour que la bourgeoise le comprenne ? Hana ne pouvait plus parler, elle devait donc trouver une astuce, c'est alors qu'elle vit une liste avec des photos d'enfants dépassant des copies sur la table basse, elle courut vers celle ci pieds nus, prit la feuille d'une main et la donna au professeur avant de se montrer du doigt et d'exposer l'album. C'était un peu honteux de demander à une bourgeoise d'apprendre à écrire et lire Hana était trop franche avec elle même et les autres pour ne pas en rougir d'embarras mais si cela pouvait l'aider à gouverner le monde et à se faire enfin respecter de ses sujets ça valait le coup !

De plus,  c'était le conte préféré de maman reine...Alors il y avait un certaine tendresse dans cet album qu'elle voulait pouvoir revivre en se débrouillant seule.
A présent du haut de ses trois ans, tête levée, elle fixait la sensei droit dans les yeux d'un air déterminé et courageux espérant que celle ci comprenne ses gestes et sa demande.


[ HRP: A toi ^^ ]

♦ ♦ ♦

Bonheur d'une reine:
 

ou chouinage d'une reine ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La limonade je la préfère avec du caviar [ PV Eiko Shukaku]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La limonade je la préfère avec du caviar [ PV Eiko Shukaku]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» perdu avec sa veste [PUBLIC]
» Limonade: un berceau historique méconnu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gakuen after Alice :: Académie Alice - Zone RP :: Pensionnat :: Dortoirs des Professeurs et du Personnel :: Étage 1 du dortoir des filles :: Eiko Shukaku-