Partagez | 

Hana Hopkins (En relecture)

 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RTA Physique (1)
avatar
RTA Physique (1)
Messages : 4
Rabbits : 539
Date d'inscription : 03/04/2016
Age : 28

Informations Alice
Votre Alice:
Possession(s):
Occupation: Maternelle
MessageSujet: Hana Hopkins (En relecture)   Sam 20 Aoû - 3:21





Bienvenue sur Gakuen After Alice



Hana/ Hopkins

Alice Bond langagier
A chaque son articulé – elle peut rire et tousser par exemple, sans faire de bond- qu'elle émet, elle fait un rebond violent et  brusque.
Cependant, son Alice rend la chute plus douce ,moins dure. Les conséquences du son produit la font bondir très fort et redescendre très doucement.

Elle a un tatouage sur le bout de son doigt, un peu comme les Malabars mais en plus petit, un point jaune avec quelques points blancs, une fleur qu'elle aime bien et ne peut pas effacer, c'est un limiteur  pour diminuer la violence, ( qui  a été brusque et surhumaine dans la voiture mais à présent est comme un bond d'adulte danseur qui saute très haut et a de la force dans les muscles), et la hauteur (  de six elle passait à deux mètres et demi ), de ce bond quelle ferait à chaque fois qu'elle parlerait.

Notons que contrairement à ses parents qui en sont ressortis presque indemne, être éjectée de la voiture avant qu'elle ne finisse de se casser lui a sauvé la vie.  Son corps enfantin n'aurait pas supporté un nouveau choc que celui qui a cassé le pare-brise arrière où très peu après son Alice l'a éjectée.  

Son alice l'a donc sauvée.

Ce don elle le contrôle plus ou moins bien selon les jours – en état de fatigue ou malade, elle a plus de mal à l'activer d'où l'importance de la sieste, et puis elle aime bien dormir autant que bouger quoi qu'il en soit. De plus, il s'active parfois sans qu'elle le veuille, quand, oubliant son Alice elle parle spontanément.

Elle a cependant en six mois à l’académie Alice apprise que son Alice pouvait être un bon moyen de chantage pour faire craquer les adultes qui en ont assez de la voir bondir et que c'est bien plus efficace que le boudage et gonflage de joues. De plus elle a une peluche - - qu'elle traine partout: "Doudou The King" qu'elle l'appelle c'est un second limiteur mais pas permanent, elle le prend uniquement dans ses bras quand elle veut parler, il annihile son Alice dés qu'il touche sa peau, c'est une poupée violette aux joues bien rouges, elle n'a pas tout piger mais c'est bien pratique et puis elle l'adore son King, qu'elle pose à un endroit secret ( sous son lit, devenu quasiment un grenier...elle y cache même des œufs du repas pour qu'ils deviennent des poules aux yeux d'or mais en fait...ils pourrissent pauvres robots de ménages qui les ramassent, elle les prends pour des voleurs et furieuse en remet à chaque fois ! ) quand elle a décidé d’énerver le monde en bondissant, le directeur vu son âge pense que lui supprimer son alice qui est de plus sans danger est inutile mais il a dû zapper la santé psychique des nounous et professeurs sur ce coup là...


Caractère Physique

Décrivez le caractère et physique de votre personnage en deux paragraphes séparés en 10 lignes minimum chacun.Hana est reine, Hana est bébé et reine, elle est L'élue ! Un peu comme Harry Potter de l'histoire que lui lisaient Papa, Maman mais sans les ennuis. En fait non...Harry Potter se casse trop la tête ! Il est nul ! Elle préfère Tom Jedusor ( Voldemort) dommage il est mort car lui SAVAIT faire plier les gens, il est trop cool d'ailleurs Hana est persuadée que c'est un de ses ancètres. A trois ans et demi réalité et rêves se mèlent dans sa tête avec allegresse.
Elle est énergique et elle  vous fera bien comprendre en se bagarrant sans hésiter que vous avez intêret à combler ses moindres caprices. Elle a un caractère très fort pour son âge et ne ment jamais elle préfère vous balancer ses pensées crûment en pleine tête plus simple, moins prise de tête pour elle et ce même aux adultes...Elle s'en fiche des punitions d'ailleurs. Elle les fait pas et ne les fera jamais si on ne l'y traine pas et encore fait avoir une volonté de fer avec elle.
Elle se sait reine et aussi petite fille mais elle aime bien être une petite enfant et puis en quoi ça se contredit d'être bébé  ET reine du monde ? Alors autant rester bébé c'est plus agréable quand on a les deux comme elle. Elle n'aime pas marcher et si elle fatigue légèrement elle s'écrase sur le sol et s'endort directement, pareil en cours elle n'écoute pas, elle sait déjà tout n'est ce pas ? Du moins assez pour le bébé reine qu'elle est fièrement.
Elle croit au père Noël et à la petite souris mais les dédaigne et dit clairement que ce sont "des pets de poubelles qui puent car d'abord ils donnent des trucs au lieu de les garder pour être riche !" à tous ceux qui en parlent. Elle a un langage assez vulgaire au grand dam de professeurs mais elle s'en moque totalement de leur avis d'abord ! Elle est très rancunière aussi. La vengeance avec elle est un plat qui se mange aussi bien chaud que froid.

------------------------------------
Hana a deux grands yeux bleus avec de fins sourcils, elle est très mignonne avec ses pommettes roses et sa peytite voix si mignonne ( Voix de Hana ) le sait, quiconque ne fondra pas devant elle attirera sa maudite vengeance. Elle se goinfre même dans l'assiette  des autres mais ne grossit pas. Elle est délicate cependant et fait cela sans se salir car elle déteste les douches ou tout ce qui est bain/douche, le robot de ménage a fini par l'arroser par surprise avec un tuyau d'arrosage par un jour ensolleillé  en ayant assez de courir pour la mettre au bain. Puis un jour... le robot a abandonné, mais l'enfant devant être propre malgré sa réticence il a été décidé qu'un(e) professeur s'en charge, mais tou(te)s ont fini en burn out. Depuis quelques heures c'est le tour d'une certaine Sasha  Mellark de surveiller le bain du petit monstre, une heure par jour le soir, bonne chance à cette nouvelle...victime. Avec son grand ruban (Elle a différents rubans mais son préféré est le bleu  ) et sa robe bleue elle est une vraie princesse de chaperon bleu débraillée car elle déteste que les robots de ménages l'habillent, il n'y a que maman qui a droit et papa aussi. En conséquence, par vengeance, elle  échappe à leur surveillance une fois l'uniforme mis. Puis elle parcourt l'académie en jouant sans surveillance aucune... Elle a trois ans et demi et fait fièrement son âge en taille et en physique. Elle tient solidement sur ses jambes. Ce n'est pas une enfant fragile de santé, elle n'a d'ailleurs pas de soucis de santé particulier.


Histoire du personnage Évolution si souhait
Ecrivez votre Histoire en 20 lignes minimum, si vous le voulez par la suite après plusieurs rps, après en avoir informé le staff par mp pour qu'il dévérouille et mette en "En cours" la fiche, vous pourrez écrire en un paragraphe séparé de l'histoire l'évolution du personnage, attention le staff verra si c'est cohérent avant de remettre la fiche dans "validée". Pas de minimum de ligne pour " Évolution".    
«  Maman ! Papa ! tois ans ! »  Cria une petite fille aux cheveux d'azur à la porte d'une chambre.

« Hana, laisse nous dormir encore un peu. » maugréa papa. Mécontente la petite fille tapa du pied .

« Peux pas ! Tois ans ! » s'exclama t'elle.

Mais le couple ne réagit pas. Alors en pestant la fillette, escalada le lit dans un : « Espèce de mamottes ! » Un sourire s'étira sur le visage de l’enfant quand elle se mit entre les deux amoureux.
«Tois ans » murmura t'elle. Elle sentit les doigts de papa lui chatouiller le ventre et maman se mit à rire. La fillette dans les draps de coton éclata d'un rire de fée, minuscule ton cristallin de ruisseau qui danse. Puis, les trois se rendormirent alors que dehors des flocons tombaient du ciel.

En s'éveillant , pas de papa, pas de maman mais la petite fille n'eut pas le temps de pleurer, Maman arriva avec un plateau et dessus deux verres de jus d'orange et deux parts de gâteau aux mûres en chantant joyeux anniversaire. La fillette répéta : «  Joyeux annivesaie, Joyeux annivesaie ! »

Cette chansonnette la câlina un instant, puis maman s'assit sur le lit. Elle avait les cheveux courts et noirs maman, deux yeux bleus foncés et une peau laiteuse. La fillette se rapprocha de maman et posa la tête sur son bras : «  Pus tad je seai comme toi  ! » La mère sourit : «  Comme moi ? » La petite fille s'assit près d'elle : «  Bah oui, belle ! » Maman faillit s'étouffer avec sa part de gâteau tant elle riait.  

La fillette croisa les bras : «  Je suis séieuse ! »

L'air renfrogné de sa petite fille calma le rire de sa mère qui dit doucement : «  Tu es déjà très belle ma chérie ! »

Mais l'air boudeur resta : « Non ça va pas ! Pas comme ça ! Pesonne ne voit, à pat toi, que je suis pincesse ! Faut leu pouver !  » Elle avait agité les mains agacée.

La mère amusée caressa la joue de la petite aujourd'hui trois ans.

L'enfant continua d'un air aussi rêveur que sérieux : « A l'école les autes touvent mes cheveux bleus nazes. Moi...veux ête  reine ! »

La mère posa sa main sous son menton : « En effet c'est un grand soucis ! Une reine qui n'est pas reconnue de ses sujets ! » « Oui » acquiesça la petite.

Maman leva la tête comme prise d'une idée et en effet : «  Hana ! J'ai une idée ! Et si tu devenais le petit chaperon bleu ? Sûre que tu seras belle ! » «  Le petit chapeon bleu ? Je suis pas petit... » répéta la fillette sans comprendre. « C'est un conte que m'a racontée ton papi ! » « Pépé connaît des contes ? » s'étonna la petite fille. «  Oui, il t'en racontait plein bébé ! » Moue boudeuse.  «  Je suis touzours bébé ! » Rire de la maman.

« Alos cette enfant, elle potait un habit ouge et était jolie ? » s'enthousiasma Hana. Elle fendit l'air de son poing enfantin et maladroit : «  Elle a même battu le loup ! » La petite s'agita toute heureuse : «  Je veux ! Je veux ! »  Maman ne savait pas coudre, cette pensée traversa la tête de la petite fille qui demanda : «  Mais comment faie ? »

On sonna à la porte. «  Je vais ouvi ! Je vais ouvi ! » s'écria la fillette en accourant vers la chaise près de la porte.

« Oh oh oh c'est papa Noël ! » dit un monsieur en costume.

«  Papa ! Tu sais Pè Noe est un crétin mais pas toi d'abord !» éclata de rire la fillette. Et devinez quoi ? Dans le paquet, dans ses bras, il y avait une belle robe bleue et un beau ruban bleu. Alors ses parents savaient déjà qu'on l'embêtait à l'école ?

« C'est top fort mon papa à moi ! » s'émerveilla la fillette en caressant le tissu doux comme un doudou.

« Essaye là ! » proposa papa en souriant.

Maman réajusta les habits, noua mieux le ruban et papa apporta un miroir. Pétillante de bonheur, la fillette resta silencieuse en s'admirant. « Alors elle te plaît ? » s'inquiéta papa.  « Ca y est ze suis reine pour vrai ! » La voix enfantine était si émerveillée que cela valait tous les oui du monde.

Vêtue de sa jolie robe et de son joli ruban la petite fille décida d'aller conquérir le mond...parc à coté de la maison. Maman et papa dirent de mettre un manteau.

«  Mais ! L'est pas bleu ! » s'insurgea le petit chaperon bleu.

Papa la prit dans ses bras et la chatouilla en lui mettant le manteau.

« Ticheu ! » accusa en riant la petite. Le père fit semblant de s'indigner : «  Moi ? Un tricheur ? »

«  Oui ! On satouille pas les eines !» bouda l'enfant de trois ans bien décidée à faire comprendre que '' c'était pas du jeu ''.

Papa s'assit sur le canapé et fit semblant d'être très très triste. Une pointe de culpabilité saisit la petite princesse : «  C'est pas gave papa, je te padon mais que à toi ! » s'exclama t'elle en grimpant sur ses genoux, papa lui fit un bisou sur le front.

Dehors tout était blanc, le trio avançait dans la ville enneigée. Maman avait insisté pour que la fillette leur tienne la main. Malgré un non capricieux, elle avait cédé, les adultes ça a vraiment peur pour rien, mais au fond, elle était contente d'être entre papa et maman. Ça faisait « plouic plouic » sous les chaussures et les flocons qui tombaient, c'étaient comme des étoiles qui se décrochaient dansant au dessus des yeux après avoir dormi immobiles toute une nuit.

Une fois arrivée au parc, Papa dit : «  Ça te dirait de faire de la balançoire Hana ? »

«  Lançoie ! » s’écria Hana en courant vers celle ci toute rieuse.

Alors que la fillette s'envolait vers les étoiles, Maman se mit à pleurer mais Hana ne l'entendit pas.
Hana n'avait pas remarqué que, de temps en temps, quand elle parlait, elle faisait un bond bien trop haut pour sa force de trois ans, elle n'en avait pas vraiment conscience tant elle était expressive et vive, maman, elle, savait mais la maman à Hana ça sait tout aurait dit Hana.

Hana, elle était trop jeune pour avoir peur, pour savoir que son père avait une enfant Alice de 17 ans. Ni même qu'elle était l'une des rares filles Hopkins Alice aux cheveux bleus avec un Alice différent du dialogue avec vent, sa maman n'en avait pas hérité, d’Alice ni même des cheveux bleus. Pourtant c'était une Hopkins née par la grand-mère Hopkins .

La mère d'Hana étant sœur de la maman de Lou et du père de Waku, qui avaient été élevés séparément, la mère d'Hana seule de la fratrie sans Alice avait été confiée à un pensionnat très jeune avec le frère de la maman de Lou, tous les trois s'étaient peu connus, le frère avait été à une étrange école à Tokyo à treize ans et la sœur de la mère d'Hana avait vécu en famille, elle était Alice, et la mère d'Hana n'avait jamais avalé ce « privilège ».

Trop jeune pour savoir que son père bien que sans Alice regrettait ses actes et dires passés, et que sa maman s'était fâchée avec son père pour garder le bébé aux cheveux bleus.

Non, Pépé n'avait jamais raconté de conte à Hana puisque qu'il était mort juste après la naissance de la cadette : La maman de Lou et la sœur de la mère d'Hana, trois ans de différence avec elle.

Trois ans comme sa fille Hana...

Mais Hana était trop petite pour le savoir ou bien le comprendre. Hana était trop petite pour savoir que sa naissance, son sourire et ses mains si petites qui agrippaient le gros doigt de papa et ses yeux océans qui scrutaient maman avaient tout changé. Le père s'était réveillé, un peu tard certes, mais il avait compris que ce nom «  Hopkins » était bien plus qu'un caprice de femme enceinte, il représentait tout un passé, passé que lui avait conté son ancienne femme de nombreuses fois au téléphone. Mais parfois on ne veut pas écouter c'est ainsi.

Et trop tard se disait-il autrefois, jusqu'à rencontrer Otu Hopkins, jeune femme en larmes dans un café à quatre heures du matin.

Elle lui conta l'histoire de sa famille, ce nom symbolique de liberté, face à l’académie Alice qui selon sa famille, séparait les membres de la famille, ce grand-père qui avait donné tant de bonheurs à sa grand-mère avant que son Alice ne la fasse partir, elle et sa fille. Cette fille qui lui avait donnée la vie, mais ces dons Alice qui avaient séparé la fratrie. Douleurs et bonheurs, le peu qu'elle savait elle refusait d'oublier, elle refusait de perdre son nom Hopkins.  

Le père de Lou n'avait rien dit, il était resté juste à écouter. Ils se retrouvèrent souvent le soir dans ce café et les semaines passant il avoua, la détresse qu'il avait fait connaître à Lou sa fille de 17 ans, Alice, la mort de sa femme par sa faute, sa faute...Et ces regrets qui le rongeaient chaque jour et cette bonne figure qu'il devait garder. N’était-il pas politicien ancien ingénieur  ? Et pourtant dans ce café, à cette table, où deux chocolats chauds tiédissaient pendant les bavardages, une page se tournait. Et de fil en aiguilles, ils tombèrent amoureux.

« Et si on enlevait la haine entre les Hopkins et les autres noms ? Et si notre fille était l’enfant de la paix ? » avait-ri la future maman à une échographie.

Le père acquiesça et Hana Hopkins naquit. Seulement la fillette été née au japon où porter deux noms de famille était illégal, par symbolique on l'appela donc Hana en prénom, Hana avait été le prénom de la mère adoptive du fiancé. Lui aussi, n'avait pas eu une enfance rose, il s'était battu pour survivre. Tout comme sa fiancée, il ne voulait pas que leur fille vive la même chose. Le mariage n'était pas important face aux petites joues rondes et roses de leur fille qui leur souriait.

Ainsi dans ce cocon de tendresse tant désiré, tant construit avec soin comme un nid, Hana ne savait rien des conflits passés.

« Maman bobo ? Pas bobo ! Toi tu es impéatice de la galxie !  » s'inquiéta une petite voix. La mère prit la fillette dans ses bras et le père passa un bras sur les épaules de sa femme. La femme murmura : «  Ce ne sont que des perles de reine, une reine qui est très heureuse d'être avec son roi et sa princesse pour la vie. » La fillette sembla perplexe : « Pas bobo ? » Le câlin familial se resserra et au « Pas bobo » de maman, Hana ferma les yeux réconfortée.

« Elle dort. » murmura tendrement le père. «  Je n'aurais pas dû pleurer devant elle... » regretta la mère. Le père lâcha sa douce et l'embrassa sur la bouche, la douceur de ce geste rassura la mère qui sourit. Ils rentrèrent.

Hana se réveilla dans un siège-auto rose avec ''Hello Kitty'', ''Hello Kitty'' , du moins Hana en était convaincue et personne n'avait intérêt à dire le contraire. Elle frotta de ses poings ses yeux et bailla : «  On va t'y où, dis Maman ? On va où Papa ? »

Mais maman et papa semblaient pressés, tss toujours trop rapides ces adultes, en fait c'est à cause de leur taille trop grande sur leur perche de jambes, ça Hana en est sûre, ça leur monte au cerveau et les fait faire les activités vite. C'est mieux d'être un bébé !

Même si Hana refusait de dire correctement ce mot depuis que Bou le gros chien du voisin avait mangé son cahier d'activités, cahier plein de bave beurk. C'était il y a pas longtemps, assez pour que ça paraisse loin, pas assez pour qu'elle ne l'ai pas retenu mais pour la petite qui n'avait ni notion du temps ni patience une heure était une décennie.

La voiture démarra en trombe, ça fit sauter le siège-bébé. Une panique prit soudain la fillette quinze minutes après leur départ : «  Bou, Bou, il est là bas, seul ! Le voisin y va pas eveni ! Il et pati comme nous ! A cause des acativités d'adultes ! »

Oui ''acativités'' c'était bien plus joli.

« On n'a pas le temps de rester à Tokyo, Hana, on t'a vu faire un bond ! » dit papa.

Un bond ? Lapin ? Mais Hana laissa vite cette pensée de coté.

« Menteu ! Menteu ! Bou est tout seul ! Je veux pas Bou tout seul ! Il pue  et puis il est moche ! Idée comme une mémé mais je veux pas ! » hurlait la fillette dans la voiture.

Oui Bou avait perdu son maître, le voisin qui  était « parti » de la vie, pour aller Hana ne savait pas où.

De toute façon, elle ne l'aimait pas : Il lui laissait pas faire pipi sur ses fleurs  ce qu'elle adorait vers deux ans ou plus récemment, sa jeune vie avait encore peu de nostalgie.

Depuis ce jour donc, c'était elle et sa famille qui s'occupaient de Bou.

Des images défilèrent dans la tête de la petite en larmes d'angoisses : Bou qui se goinfre de ses légumes, bon chien, Bou qui jappe après les vilaines de l’école car Hana se savait la plus belle contrairement à leurs dires et qu'elles partaient se cacher, y en avait même ,une, une fois qui avait pleuré, marrant et bien fait ! Bou qui joue à la balle avec elle et elle qui se fâche et boude car  c'est le troisième ballon de la journée qu'il crève, même ça elle le regrettait, Bou qui lui saute dessus et plus lourd qu'elle lui lèche le visage, bon ça elle regrettait moins mais après, après....elle pouvait caresser les douces oreilles de Bou, si soyeuses, comme le plaid de sa poussette ! Comme une fraise Tagada bonbon dans la bouche. Oui les oreilles de cet horrible chien avaient sous ses doigts la douceur sucrée des fraises Tagada.

«  STOPPPPPPPPP !  FAISE TAGADA! FAISE TAGADA DE BOU TOUT SEUL ! PAS PARTI PAS PATI SAS FAISE TAGADA DE BOU ! OU PAS QUE BOU TISTE MAIS MOI AUSSI »

Ce fut la distraction de trop , alors qu'ils allaient sortir de la ville, la voiture dérapa sur le verglas de la neige à présent gelée, le siège trop classe '' Hello Kitty'' se propulsa  en avant mais la ceinture retint la fillette, les vitres et les pares-brise avant et arrière explosèrent dans le fossé, Hana avait peur, elle ne pensait plus aux oreilles de Bou mais au verre partout partout et alors que la voiture allait finir de basculer elle hoqueta un «  veux pas ! » , le bond fut si puissant que la ceinture se déchira, et elle fut éjectée par le pare-brise cassé arrière.

Hana se réveilla avec un goût de fraise Tagada dans la bouche, Bou était là ? Et papa et maman ?

«  Oh, tu es réveillée ? »

Hana, trois ans aujourd'hui, regarda la dame comme une demeurée, ça se voyait pas qu'elle dormait plus ? Mais la dame ne remarqua pas, c'était pas une reine, Elle ! D'ailleurs en parlant de reine...

«  Ma ! »

Mais à peine eut-elle prononcé ce début de mot qu'elle fit un bond et faillit toucher le plafond, étrange, vraiment étrange mais bon, peut-être que le hoquet ça fait ça, elle avait cependant une vague mémoire de ses hoquets mais …ils n'avaient pas été comme ça.

Elle tenta de prononcer à nouveau "maman, papa" mais les bonds se succédèrent l'épuisant, des bonds pas trop violents, pas plus de trois mètres et avec seulement le double de sa force, en sommes pas comme celui qui avait arraché la ceinture, c'est alors qu'elle remarqua un tatouage sur le bout de son doigt, un peu comme les Malabars mais en plus petit, un point jaune avec quelques points blanc, une fleur.

«  Jo. »

Elle refit un bond et décida de ne plus parler, pour le moment, à cause du hoquet.

Elle était un peu perdue dans cette chambre blanche mais l'infirmière qui était censée lui expliquer ce qui se passait ne put pas face à une si petite enfant, la jeune femme éclata en sanglots.

Un peu blasée, de ne recevoir aucune aide, enfin, d'une dame du peuple c'était normal, elle grimaça.

Hana avait toujours cru régner sur le monde avec sa famille sans doute sa passion pour les histoires de princesses était un peu trop intense, bref, Hana ne pouvait pas parler à cause du hoquet, l'esclave en blanc pleurait comme un bébé alors elle décida de faire ce qu'elle fait quand elle boude VRAIMENT : Prendre de l'air gonfler ses joues et bloquer sa respiration , assez vite elle devint rouge, eut des vertiges, et, la peuple, se réveilla enfin, elle débloqua aussitôt, rah là là ces gueux...

Un médecin qui se disait docteur Liji, un type étrange avec un lapin rose en peluche...Etait-il vraiment médecin ou fou du roi ? Hana se posa sérieusement la question, arriva et lui expliqua que ses parents avaient quelques contusions et qu'elle pourrait les voir de temps en temps car elle était spéciale.

Elle voulut lui rétorquer bah ouais banane je suis une princesse mais elle ne pouvait pas, à cause du hoquet.

En parlant de ce hoquet, le monsieur dit que le tatouage a son doigt il allait être toujours, pour diminuer la violence ( qui  a été brusque et surhumaine dans la voiture mais à présent était comme un bond d'adulte danseur, quand l'Alice serait au maximum de sa puissance, qui saute très haut et a de la force dans les muscles) et la hauteur (  de six elle passait à deux mètres et demi ) de ce bond quelle ferait à chaque fois qu'elle parlerait. Et il lui offrit un doudou, ma foi beau, il avait du goût pour un esclave ! Mais bon Papa et Maman elle les verrait plus, c'est ce qu'il avait dit le gueux Liji non ? Elle sentit des larmes énormes bruisser sur ses joues, le gueux voulut l'approcher mais elle lui lança un regard méprisant, on ne mélange pas les torchons et les serviettes !

Elle allait se remettre à bouder pour que le fou du roi lui rende son roi et sa reine mais un surveillant assez bronzé et au sourire charmeur arriva et lui proposa de visiter les lieux, sûre que c'est un grand de haut rang lui ou qu'il est en passe de le devenir ! Pas comme le fou ou la peuple. Sans le dire, elle le choisit aussitôt pour mari. Les parent attendront, le fou voulut les retenir mais sans un mot pour le fou, ça on s'en fout, ni pour le prince charmant, foutu hoquet Alice, ça c'est plus embêtant, elle prit la main de l'adulte qui du haut de ses trois ans lui paraissait géant, beau, parfait comme dans la série avec les vagues et les sauveurs que maman adore regarder en sous titré japonais, le type court avec ses muscles et tous tombent et bah là le surveillant il était bien plus mieux !

Ouais, les parents attendront. Et le doudou ( un limiteur mais pas permanent) et les affaires les esclaves en blancs s'en chargeront, normal pour une reine d'être servie !

IRL
Décrivez vous irl, pas de minimum de ligne ! Pensez juste à répondre aux trois premières questions !
Code du réglement:

{ Oui tu l'es  Pompom chat }


DC ? ou si non Comment as-tu connu le forum? :

QC de Lou Hopkins et Waku Hopkins et Akiro Masao


Avatar:

Touhou/Cirno/Hana Hopkins :



Autre:



Particularités du personnage

Prénom et Nom:

Hana Hopkins
Sexe :

Fille
Age:

3 ans et demi
Age d'entrée à l'académie:

3 ans
Date de naissance:

1 Octobre
Poste ou classe actuelle:

Maternelle
Orientation:

Fiancée à Pastèque-sensei sans qu'elle lui ait dit car il est encore plus noble et beau que les types d'Alerte à Malibu, série que sa mère aimait et regardait en sous-titré japonais.
Objets importants possédés: (Limiteur, Pierre Alice, Objet Alice ) Attention ne pas en avoir trop, que ça reste logique.

Elle a un tatouage sur le bout de son doigt, un peu comme les Malabars mais en plus petit, un point jaune avec quelques points blancs, une fleur qu'elle aime bien et ne peut pas effacer, c'est un limiteur  pour diminuer la violence, ( qui  a été brusque et surhumaine dans la voiture mais à présent est comme un bond d'adulte danseur qui saute très haut et a de la force dans les muscles), et la hauteur (  de six elle passait à deux mètres et demi ), de ce bond quelle ferait à chaque fois qu'elle parlerait.

Son second limiteur est un doudou qui marche seulement quand elle le tient contre elle au contact de sa peau, il annihile son Alice pour qu'elle puisse parler le temps du contact mais son don n'étant en rien un danger ce n'est pas un limiteur qu'elle doit avoir sur elle, que quand elle souhaite parler en fait.
Nom alice :

« Bond langagier »
Type Alice:

Enfance
RTA:

Physique
Neutre

And ...




© Halloween


♦ ♦ ♦

Bonheur d'une reine:
 

ou chouinage d'une reine ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Hana Hopkins (En relecture)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jean Pascal Vs. Bernard Hopkins
» Fruit de l'éclosion / Hana Hana No Mi
» Ano Hi Mita Hana no Namae o Bokutachi wa Mada Shiranai
» Hana Uchiha - Genin
» Lucas Tobby Hopkins ► Alexander Ludwig

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gakuen after Alice :: Mes premiers pas en tant qu'Alice! :: Me voici ! - Présentation :: Fiches en Cours-